Thématiques

Retours d’expérience

Couesnon Marches de Bretagne : la participation permet d’affiner le plan d’action du PCAET

Le projet de Plan climat-air-énergie territorial (PCAET), exempté d’enquête publique, est néanmoins soumis à une participation du public par voie électronique. Les élus de Couesnon Marches de Bretagne ont décidé de l’étendre également en consultation physique.

Parce qu’elle touche à la qualité de vie et à l’attractivité économique du territoire, l’élaboration du PCAET doit prendre en compte les actions que les citoyens et les acteurs socio-économiques souhaitent voir menées. Lors de la précédente mandature, le Conseil de développement de Couesnon Marches de Bretagne a été sollicité à chaque comité de pilotage du PCAET, puis est venu le temps de la concertation des publics.

Des urnes et boîtes à idées ont été mises à disposition dans les bâtiments communautaires des communes. En juin 2019, une série de rencontres et d’ateliers a été organisée pendant la Semaine européenne de l’énergie durable 2019 : un atelier habitat et mobilités avec les élus du territoire, deux jours de tables rondes pour les agents communautaires et communaux afin d’interroger leurs pratiques, des ateliers sur l’agriculture, ainsi que des événements de sensibilisation dédiés aux familles (projection de film Après-demain, animations enfants…).

 

La thématique agricole est centrale pour la communauté qui compte beaucoup de terres agricoles et de jeunes agriculteurs : il s’agit d’adapter la production agricole aux enjeux du climat. Une vingtaine d’agriculteurs ont participé aux ateliers. Les débats ont permis d’aborder la remise en question de certaines pratiques pour aller vers des cultures moins gourmandes en eau, notamment en ce qui concerne le fourrage, qui est la base de l’aliment des bovins, mais consomme énormément de ressources en eau. En groupes de travail, des actions prévues initialement ont été supprimées, comme l’achat de containers d’eau, alors que d’autres ont été revalorisées car elles sont susceptibles d’avoir un effet plus important sur les pratiques : stockage du carbone dans le sol, amélioration des rotations, couverture de sols, plantations de haies,...

Selon Christian Hubert, c’est là que réside tout l’intérêt de la concertation : « les échanges permettent d’identifier plus finement les actions à travers lesquelles nous pourrons le mieux atteindre les objectifs. Par exemple nous avons deux communes qui travaillent ensemble pour les écoles, mais nous n’avions pas identifié en première phase l’intérêt de créer une piste cyclable entre ces écoles. L’idée est venue dans les ateliers. Cette phase a permis de recentrer le PCAET sur les actions les plus pertinentes. »

 

En 2019, les réunions se sont déroulées en présentiel, mais en 2020 puis début 2021, le contexte sanitaire a rendu plus complexe le dialogue avec les parties prenantes. Le numérique est vraiment monté en puissance. Christian Hubert se félicite que les techniciens de Couesnon Marches de Bretagne « se soient beaucoup impliqués et aient très bien animé la démarche », mais il relève que « la participation aurait sans doute été plus forte en présentiel ». La difficulté à mobiliser les parties prenantes est aussi illustrée par la difficulté à relancer le conseil de développement pour la nouvelle mandature, malgré les appels à candidature diffusés dans la presse locale. Partout en France, la situation sanitaire a perturbé l’installation des conseils de développement, tant pour le recrutement des membres que la tenue de la séance d’installation.

Autre écueil récurrent de la participation relevé par le président, la représentativité des publics. « Nous avons surtout vu les personnes qui étaient déjà impliquées sur les sujets liés à l’écologie. Ce sont des personnes qui ont déjà de fortes convictions, le sujet ne touche pas encore l’ensemble de la population. »

 

Au-delà de la concertation liée à l’élaboration du PCAET, la mise en œuvre des actions s’appuiera sur l’implication de la population et des acteurs socio-économique. Les particuliers sollicitent les aides à la rénovation des bâtiments et les objectifs sont atteints chaque année, avec un intérêt croissant pour les bâtiments à énergie positive. Ils sont aussi impliqués dans le suivi de la qualité de l’air. La communauté s’attache à également à faire participer l’ensemble des acteurs, notamment les écoles, les cantines et les restaurateurs, bénéficiaires du Projet alimentaire territorial.

 

Les 4 axes retenus dans le PCAET :

- Habitat et bâtiments de demain

- Mobilité territoriale

- Agriculture de demain

- économie circulaire territoriale valorisée

 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités
Dernières
Publications
Dernières
Positions