Thématiques

Transports et mobilité

Mobilités : une étude sur les politiques à destination des quartiers populaires

Quartiers populaires et politiques de mobilités : c'est l'objet d'une nouvelle étude réalisée par l'AdCF, France Urbaine et Transdev. Désenclavement des quartiers, accès à l’emploi, « droit à la ville », les projets en faveur des mobilités participent clairement aux politiques de cohésion urbaine portées par les communautés et métropoles. Si un grand nombre d’initiatives locales existent déjà, la loi d’orientation des mobilités (LOM) vise à les multiplier.

Les résultats des travaux menés dans le cadre de cette étude démontrent que le désenclavement des quartiers, par la mise en place de lignes de transports en commun, est plutôt achevé. Dans la grande majorité des agglomérations et métropoles, les quartiers populaires situés en périphérie des centres-villes sont désormais desservis par des lignes de métro, de tramway ou de bus à haut niveau de service.

 

Pour une approche globale des mobilités

L’enjeu ne semble plus être l’investissement en infrastructures lourdes mais plutôt la question des « premier et dernier kilomètres » : comment permettre aux habitants des quartiers de rejoindre les stations ou lignes structurantes, pour ensuite accéder aux lieux considérés comme « stratégiques » sur le territoire : le centre-ville ou les sites d’activité économique, par exemple. C’est dans ce cadre qu’une réflexion et une action sur les cheminements piétons sont intéressantes : pour les sécuriser, les rendre accessibles à toutes et tous (personnes âgées, mères de famille, enfants…) et les connecter aux autres offres de déplacement.

 

Les défis à relever

Parmi celles-ci figure le vélo, un mode de transport qui reste sous-utilisé par et pour les habitants des quartiers populaires. L’aménagement de voies cyclables sécurisées reliées aux quartiers pourrait s’accélérer, tandis que les offres de location en libre-service tardent à se déployer au cœur ou à proximité de certains quartiers. La pratique du vélo pâtit également d’une image encore négative et nécessite un réel travail de sensibilisation. Cette question de l’image, de la représentation sociale est aussi marquante pour la voiture : la voiture individuelle reste un marqueur social fort et souvent le moyen de transport le plus fiable pour se déplacer.   

L’accès aux sites d’activité économique reste l’une des problématiques à traiter ; pour les habitants des quartiers populaires surtout car aux difficultés de se déplacer en transport en commun s’ajoute le sujet des horaires atypiques. Plus généralement, l’accès à l’emploi et à la formation nécessite des compétences en mobilité et une capacité à se déplacer. De nombreux parcours d’accompagnement vers l’emploi intègrent déjà la question de la mobilité, il s’agit désormais de systématiser ce principe.

Cela s’avère d’autant plus important que de nombreux freins psychologiques, culturels, financiers et matériels restent à lever.

La loi d’orientation des mobilités est l’occasion de repenser ses projets de mobilités, alors que le mandat local 2020-2026 démarre, que les projets de territoire se construisent et que de nouvelles contractualisations sont attendues (contrat opérationnel de mobilité, contrat de relance et de transition écologique).

L’étude « Quartiers populaires et politiques de mobilités : enjeux et retours d’expériences locales » dresse un rapide panorama des défis spécifiques aux quartiers prioritaires et présente les stratégies et projets portés par dix communautés et métropoles.

 

 Télécharger l’étude « Quartiers populaires et politiques de mobilités : enjeux et retours d’expériences locales » de l’AdCF, France urbaine et Transdev

Contact : r.briot@adcf.asso.fr   

Partager
En savoir plus

Dernières
Actualités