Thématiques

Institutions et pouvoirs locaux

Exécutifs intercommunaux : Des analyses cartographiées

L’AdCF poursuit son analyse des nouveaux exécutifs intercommunaux. Elle dispose au 24 juillet de la totalité des noms des présidents et présidentes après les renouvellements récents. Sur l’ensemble des intercommunalités de France, au-delà des seuls groupements urbains, les présidents sont reconduits dans 54,6 % des cas. 86,2 % d’entre eux sont des maires. 11,0 % des femmes. AdCF direct propose des cartes d’analyse.

L’AdCF a poursuivi depuis le 17 juillet son recensement des noms et mandats des présidents et présidentes de communautés et métropoles. En date du 29 juillet, elle dispose de la totalité des noms des présidents de groupements urbains et de communautés de communes (hors Guyane où le second tour des élections a été repoussé et une communauté de communes de Haute-Loire).

 

Un taux de reconduction des Présidents sortants en hausse

Comme nous l’indiquions dans un article précédent, les taux de reconduction des président(e)s sortants sont plus élevés qu’en 2014, notamment dans les groupements urbains où 59,7 % des Présidents élus sont sortants, contre 49 % en 2014. Ce taux est de 60,6 % dans les communautés d’agglomération, 54,5% dans les métropoles, 50 % dans les communautés urbaines, 63,6% dans les EPT du Grand Paris. Le taux de reconduction est de 53,2 % dans les communautés de communes, ce qui revient à un taux de reconduction de 54,6 % sur l'ensemble des intercommunalités de France.

 

Taux de reconduction de Présidents sortants par type d'intercommunalité

  Communautés de communes Communautés d'agglomération Communautés urbaines Métropoles EPT du Grand Paris National
Président sortant réélu 53,2 % 60,6 % 50,0 % 54,5 % 63,6 % 54,6 %
Nouveau Président 46,8 % 39,4 % 50,0 % 45,5 % 36,4 % 45,4 %

 

La carte ci-dessous met en évidence une répartition équilibrée de ces reconductions ou changements sur le territoire, même si on discerne des phénomènes d’ « agrégats » à l’échelle d’arrondissements. Dans certains cas, plusieurs intercommunalités adjacentes changent de présidence, alors que la continuité prévaut de manière frappante dans certains sous-secteurs géographiques ou départements.

Cliquez ici pour visualiser la carte en haute définition

 

Mandat municipal des Président(e)s : la "prime aux maires"

La « prime aux maires » est confirmée, avec 90,9 % de Présidents maires dans les métropoles, 85,7 % dans les communautés urbaines, 87,3 % dans les communautés d’agglomération et 85,8 % dans les communautés de communes. 

Sur l’ensemble du spectre des intercommunalités françaises, ce sont donc 86,2 % des présidences de communautés et métropoles qui reviennent à des maires, ce qui confirme l’intensité de la liaison commune-intercommunalité.

 

Mandat municipal des nouveaux Présidents d'intercommunalité

Le Président est : Communautés de communes Communautés d'agglomération Communautés urbaines Métropoles EPT du Grand Paris National
Maire 85,8 % 87,3 % 85,7 % 90,9 % 90,9 % 86,2 %
Adjoint ou conseiller municipal 14,2 % 12,7 % 14,3 % 9,1 % 9,1 % 13,8 %

 

Sur la carte ci-dessous, sont représentées en bleu les intercommunalités présidées par des maires, et en orangé celles présidées par des adjoints ou conseillers municipaux. Les maires-présidents dominent largement et de manière assez uniforme sur le territoire national. On retrouve là aussi des agrégats d'intercommunalités adjacentes qui ne sont pas présidées par le maire, à l'échelle de certains départements comme le Gard ou le Cher par exemple.

 

Cliquez ici pour visualiser la carte en haute définition

 

Présidents issus de la commune principale ou non : une certaine stabilité

Avec l’élargissement des périmètres de 2016-2017, le poids démographique relatif de la ville centre (ou commune principale) a été quelque peu « dilué », ce qui aurait pu se traduire par un recul du nombre de situations dans lesquelles le maire (ou un adjoint) de la ville principale accède à la présidence de l’intercommunalité. Ce n’est pas véritablement le cas, les règles de répartition proportionnelle des sièges entre communes, à la suite de la QPC « Salbris », ayant semble-t-il compensé l'effet des élargissements.

Dans les groupements dits « urbains » (métropoles, communautés urbaines, communautés d’agglomération), une certaine stabilité est constatée de fait pour ce qui de la proportion de présidents issus de la ville centre (ou commune la plus peuplée). En effet, 62,3 % de ces intercommunalités les plus peuplées sont présidées par un élu de la ville centre. 53,4 % par le maire de la ville centre. Les présidents de communautés urbaines sont issus dans 85,7 % des cas de la ville centre. Ces taux sont de 63,6 % dans les métropoles et 61,1% dans les communautés d’agglomération. 

Cette proportion tendait à baisser depuis les années 2000. Elle s'est stabilisée depuis. Les cas où ce n’est pas le maire mais un adjoint qui est porté à la présidence (logiques de tickets arrangés en amont) sont moins fréquents qu’en 2008 ou 2014, puisque ce sont seulement 8,9 % des intercommunalités urbaines (CA, CU, EPT, Métropoles) qui sont présidées par un adjoint ou conseiller de la ville centrale et non pas par le maire, contre 19,0 % en 2005, 15,1 % en 2012. Dans quelques cas, le président est issu de la ville centre (ou principale) mais siège dans l’opposition au conseil municipal.

Dans les communautés de communes, les réalités se diversifient davantage. Toutes ne disposent pas d’une ville centre ou d’un bourg centre majeur. Seulement 33,5 % des présidents de communautés de communes sont élus dans la commune la plus peuplée de l’intercommunalité, et 26,6 % sont maires de cette même commune.

 

Commune d'origine des nouveaux Présidents d'intercommunalité

Le Président est élu dans : Communautés de communes Communautés d'agglomération Communautés urbaines Métropoles EPT du Grand Paris National
La commune principale 33,5 % 61,1 % 85,7 % 63,6 % 54,5 % 39,6 %
dont maire de la commune principale 26,6 % 52,0 % 71,4 % 59,1 % 45,5 % 32,3 %
Une autre commune 66,5 % 38,9 % 14,3 % 36,4 % 45,5 % 60,4 %

 

La carte ci-dessous fait apparaître en rouge les intercommunalités dont le président est issu de la commune la plus peuplée. En jaune, les intercommunalités dont le président est issu d’une autre commune. Sont également figurées en hachurées les 14 % de communautés dont le président n’est pas maire.

 

Cliquez ici pour visualiser la carte en haute définition

 

Si l'on s'intéresse aux intercommunalités urbaines (hors communautés de communes donc), quelques disparités régionales se manifestent. En effet, les Présidents issus de la commune la plus peuplées semblent être davantage présents le long de la Méditérannée ou en AURA ; alors qu'en Île-de-France, les Présidents des groupements urbains sont plus nombreux à être issus d'une autre commune.

Cliquez ici pour visualiser la carte en haute définition

 

Une féminisation en (très) modeste progrès

Dans l'ensemble des intercommunalités de France, la part de celles présidées par des femmes dépasse difficilement les 11 %. La féminisation progresse dans les communautés de communes avec un taux de 11,6 % contre 7 % auparavant (+5 points). Cette progression, à partir d’un point de départ très bas, est d’un ordre de grandeur comparable à celui des femmes élues maires (20 % en 2020, contre 16 % au cours du mandat précédent).

La féminisation des présidences atteint 21,4 % dans les 14 communautés urbaines et 18,2 % dans les métropoles. Elle est en revanche limitée à 7,7 % dans les communautés d’agglomération.

La carte ci-dessous permet de visualiser la répartition spatiale des communautés/métropoles présidées par une femme. On remarquera une diffusion à l’ensemble des régions, avec des départements plus féminisés (Finistère, Vendée, Oise…) et d’autres qui ne recensent aucune présidente de communautés (Manche, Calvados, Pyrénées-Orientales, Charente, Aude, Haut-Rhin…).

En terme de "palmarès" régionaux, ce sont la Bretagne (16,7 %) et les Pays de la Loire (18,3 %) qui affichent la plus forte féminisation des présidences, alors que la Corse, la Normandie, l'Occitanie et les Outre-Mer ne dépassent pas les 7 % de femes présidentes.

 

Cliquez ici pour visualiser la carte en haute définition

 

L’AdCF poursuit durant l’été son recueil d’informations pour pouvoir analyser la composition de l’intégralité des exécutifs (vice-présidents, délégations…) mais aussi des assemblées. Avant les renouvellements, selon le CEVIPOF, 9 300 maires étaient membres de l’exécutif de leur intercommunalité, 31 300 étaient conseillers intercommunaux. Il faudra examiner les éventuelles évolutions.

 

Pour aller plus loin, l'ensemble de ces chiffres par Région :

Cliquez ici pour visualiser le tableau en haute définition

 

Contacts : Nicolas Portier, Yoann Jacquet

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités