Thématiques

Administration et ressources humaines

Rechercher
dans le site

Ressources humaines des collectivités Retrouvez les résultats du 10ème baromètre

Intérêt pour les nouveaux outils de la loi de réforme de la fonction publique, stabilité des effectifs, climat social en voie d’amélioration, difficultés croissantes de recrutement, tels sont les enseignements du 10ème baromètre RH des collectivités conduit par Randstad avec l’AdCF, Villes de France et l'Association nationale des DRH des territoires.

Le baromètre RH des collectivités a été conçu par la société Randstad en lien avec la Gazette des communes, l’AdCF, Villes de France et l'Association nationale des DRH des territoires. Nourri par une enquête annuelle auprès d’un échantillon représentatif de collectivités, ce baromètre permet de mesurer l’évolution du climat social, des priorités locales en matière de ressources humaines, des difficultés de recrutement…Pour l’édition 2019, l’enquête a été conduite au printemps auprès de 623 collectivités (438 communes de taille diverse, 159 intercommunalités, 26 départements et régions). Les réponses proviennent majoritairement des DGS/DGA ou services RH mais 16% proviennent aussi d’élus.

La nouvelle édition du baromètre intervient sur fond de réforme de la fonction publique. Plusieurs questions permettent de mesurer les intentions de recourir ou non aux nouveaux outils proposés par la loi. Les mesures les plus attractives concernent l’incitation à prendre les critères d’engagement professionnel et de mérite pour les accessoires de la rémunération (78% d’intérêt), le mécanisme de rupture conventionnelle (67%), le contrat de mission (64%)… Des différences sont naturellement soulignées entre catégories de collectivités mais surtout entre strates démographiques.

Le baromètre propose un « focus » sur la question des 1607 heures ; focus qui met en évidence les évolutions en cours. Sur l’échantillon, 57% des collectivités répondantes appliquent le régime légal (41% depuis longtemps et 16% depuis ce mandat). 18% se déclarent en cours d’alignement, ce qui réduit à 25% les collectivités qui ne sont pas encore aux 1607 heures et n’ont pas encore mis en chantier le réalignement. Les régimes dérogatoires aux 1607 heures sont plus fréquents dans les grandes collectivités : 32% des collectivités de plus de 50 000 habitants, 28% en moyenne dans les intercommunalités, 31% au sein des départements et régions.

Parmi les 16% de répondants qui ont effectué un réalignement récent, c’est majoritairement sur le fondement d’un accord avec les organisations syndicales (54%) alors que 32% l’ont mis en oeuvre sur simple délibération politique. Plusieurs questions montrent que les collectivités ayant privilégié un accord avec les organisations syndicales sont moins nombreuses à ressentir une dégradation du climat social, une perte de motivation des agents, à subir des grèves et mouvements sociaux ou une progression de l’absentéisme.

De manière générale, sur l’ensemble du panel interrogé, le baromètre révèle un apaisement progressif du climat social même si 30% des répondants parlent encore de dégradation. Ils étaient au demeurant 52% en 2016 et seulement 5% évoquaient alors des améliorations. C’est le cas cette année de 14% des collectivités. Ce qui est mieux sans être exceptionnel pour autant. Pour la majorité des collectivités répondantes (54%), le climat social « se maintient » (contre 41% en 2016). Le climat social reste donc plutôt fébrile et sera un sujet pour les prochains mandats. Les situations dégradées apparaissent plus nombreuses dans les grandes collectivités.

Des difficultés de recrutement en perspectives

En matière de recrutements, le baromètre confirme la tendance à la stabilisation globale des effectifs. 50% des répondants évoquent une stagnation, l’autre moitié se répartissant de manière égale entre prévisions de baisse ou prévisions de hausse. Les intercommunalités, pour 42% d’entre elles, prévoient plutôt des hausses, mais légères (35%) quand les communes sont orientées plutôt à la baisse, notamment les plus grandes, à l’instar des régions et départements. Les engagements des pactes financiers dits de « Cahors » jouent sur ces tendances, ainsi que les transferts de compétences et réorganisations post-fusions.

Toutes les catégories et tailles de collectivités se retrouvent confrontées en 2019 à des difficultés de recrutement sur certains postes (71% des répondants contre 59% en 2018). Les communautés (45%) comme les régions et départements (54%) sont pleinement concernés, notamment sur de nouveaux métiers.

Il est intéressant de noter que pour répondre aux questions d’attractivité, les répondants sont 32% à mettre en avant le projet de territoire, en deuxième position derrière la rémunération (48%). Jouer sur le sens de l’action publique devient une valeur centrale.

Pour 2020-2026, la hiérarchie des priorités RH tend à évoluer. Si la maîtrise de la masse salariale demeure en tête des réponses (74%), les enjeux de santé et de qualité de vie des agents (51%), de performance des services (47%), d’employabilité des agents (44%)… apparaissent au centre des préoccupations. 31% des réponses concernent la mutualisation entre communautés et communes membres (mais toutes les collectivités ne sont pas concernées).

Contact AdCF : s.mauroux@adcf.asso.fr

 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger