Thématiques

Transports et mobilité

Rechercher
dans le site

Grand Pic Saint-Loup (Occitanie) : des partenariats pour innover

La communauté du Grand Pic Saint-Loup, 48 000 habitants, qui n’a pas la compétence d'organisation de la mobilité exercée par les AOM, a néanmoins développé des partenariats pour améliorer l’offre de transports en favorisant les mobilités actives. Une stratégie qui porte ses fruits.

« Nous avons signé un contrat de réciprocité avec la Métropole de Montpellier qui permet d’étendre les lignes de transport à la demande de la Métropole sur notre territoire. Ce TAD vient completer, en terme de cadencement, l'offre existante en transport en commun sur notre territoire. Avant les bus de la metropole traversaient nos communes sans sy arrêter, ce qui soulevait l'incompréhension des habitants. » explique Nathalie Mas-Raval, directrice générale des services de la communauté de communes du Grand Pic saint Loup. Située au nord de Montpellier, l’intercommunalité regroupe 36 communes dont 24 de moins de 1 000 habitants. C’est la plus vaste du département de l’Hérault. Deux tiers des actifs travaillent en dehors du territoire dont une grande majorité effectuent des mouvements pendulaires nord-sud, ce qui occasionne des embouteillages importants sur les axes qui relient le Grand Pic Saint-Loup à Montpellier. Les transports en commun de la communauté de communes ne peuvent pas passer partout et leur cadencement est souvent insuffisant. « Le Contrat de réciprocité part du constat de nos intérêts conjoints. Ces sujets ne se limitent pas aux périmètres administratifs comme le Plan climat énergie territorial et le Plan de protection de latmosphère car nous sommes tous émetteurs de pollution via nos deplacements. Il y a matière à travailler ensemble pour le développement local, l'intérêt et le bien être de tous » Le Grand Pic Saint-Loup et Montpellier Méditerranée Métropole ont élaboré une réponse conjointe à un appel à projets « pistes cyclables » afin de mettre en place une piste de 5 kms qui reliera Montpellier à Saint-Gély-du-Fesc. Elle devrait être opérationnelle dans le courant du premier semestre 2022. Il faudra environ 30 minutes à vélo et 20 minutes avec l’assistance électrique pour effectuer ce trajet, une alternative crédible à l’automobile. Le projet nécessite une collaboration entre le Département de l’Hérault, la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup, la région et la Métropole afin d'assurer sa continuité jusqu'au pôle d'échanges d'Occitanie. La communauté est également membre d’un groupement de commandes métropolitain pour des vélos à assistance électrique.

« Pôles nouveaux usages »

Le Grand Pic Saint-Loup, est lauréate de l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Territoires d’Expérimentation de Nouvelles Mobilités Durables » depuis janvier 2019 : ce projet de 24 mois repose sur le développement de « Pôles Nouveaux Usages » (PNU) que la Communauté de communes souhaite rendre attractifs, connectés et structurants. Ces PNU concentreront des aires de covoiturage, des arrêts des transports en commun et des services allant de la conciergerie vélo à la valorisation des commerces de centre ville et des circuits courts.  L’idée est d’orienter les aménagements urbains pour inciter les populations à faire leurs achats dans les centre-bourgs à pied ou à vélo, classique ou électrique. Partant du constat que le premier choix modal des usagers conditionne toute la chaine modes de déplacements utilisés sur un trajet, la communauté va proposer des vélos et vélos à assistance électrique (VAE) dans ces pôles. À moyen terme, il est envisagé de développer les bornes de recharges électriques, en lien avec les intercommunalités limitrophes. La communauté a déjà expérimenté un système de prêt de vélo à assistance électrique pour les déplacements domicile-travail. « Lopération a eu un très bon retour: cela a ete un vrai succès. Nous avons également proposé ce service à nos agentsMême si la communauté na pas la compétence mobilité dévolue aux AOM, elle peut agir en faveur des mobilités actives et des nouvelles mobilités  que sont l'autopartage et le covoiturage. Nous navons pas les moyens dagir seuls. La compétence mobilité est une compétence déficitaire donc la région, le département et la métropole sont des partenaires importants pour nous. La mise en place des PNU a nécessité dune part de faciliter des synergies entre les autorités compétentes en matière de mobilité, et dautre part de tisser un partenariat local avec les communes, lAdeme, la Dréal, le Cerema,.... Trouver des solutions de mobilité performantes et durables nécessite donc une forte capacité à tisser des contrats qui portent déjà en eux la différenciation prônée. J'attends beaucoup de l'application de la LOM ainsi que de lAgence Nationale de Cohésion des Territoires pour faciliter  l'aboutissement des projets de mobilité» conclut Nathalie Mas-Raval.

 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités