Thématiques

Transports et mobilité

Rechercher
dans le site

Les solutions de mobilités dans les contrats de ruralité : répondez à l’enquête du Cerema

Avec le soutien de l’ANPP et l’AdCF, le Cerema souhaite interroger les communautés signataires de contrats de ruralité sur la dimension « mobilités » de leurs contrats et projets de territoire. Un sujet d’actualité au moment de l’adoption de la loi d’orientation des mobilités (LOM), prévue en juillet prochain.

Pas de cohésion des territoires sans services de mobilités dans les espaces ruraux

Les débats sur la qualification des espaces ruraux (en déprise, en croissance, périurbanisés, isolés, « hyper »…), comme sur leur délimitation, occultent les contraintes communes à tous les espaces de faible densité et éloignés des centres urbains. La faible densité compromet les perspectives de réaliser des économies d’échelle ; en l’absence de marché de consommateurs importants, elle fait obstacle au déploiement de solutions privées.

Pour jouir de conditions de vie acceptables, accéder à l’emploi et aux services du quotidien, les habitants des espaces ruraux ont besoin d’une intervention publique volontariste (et coûteuse : les charges par habitant, rapportées à la population, décrivent une courbe en U : les centralités urbaines supportent des charges de centralité, les territoires peu denses assument les coûts fixes du déploiement et du fonctionnement de services pour un nombre restreint d’usagers/contribuables).

Et, dans les faits, les habitants des territoires ruraux sont souvent hypermobiles mais beaucoup plus exposés à la dépendance automobile. La récente crise sociale a montré la sensibilité des ruraux aux variations des coûts et des temps de transport. La mobilité du quotidien, fortement structurée par les déplacements domicile – travail est ainsi devenu un sujet majeur dans les territoires et pour les entreprises.

 

Des contrats territoriaux à l’échelle des bassins de vie

Pour faciliter les déplacements des habitants des ruralités dans leur « bassin de vie », le déploiement de solutions de mobilité innovantes, variées et accessibles à l’échelle intercommunale paraît souhaitable. S’appuyant sur leurs projets de territoire, des communautés, des Pays/PETR, se sont engagés dans le dispositif des contrats de ruralité pour bénéficier de cofinancements sur des projets structurants de promotion des mobilités du quotidien.

La première itération de ce dispositif contractuel fait l’objet d’un bilan mitigé, mais mérite d’être prolongée dans les futurs contrats de cohésion territoriale portés par l’Agence nationale de cohésion des territoires.

Le modèle des contrats de ruralité rompait (dans ses objectifs et ambitions) en effet avec la logique de l’appel à projets, qui met en concurrence les territoires ; aussi avec le saupoudrage de crédits nationaux sans visée stratégique. Il adopte résolument la philosophie du développement local : donner aux territoires les moyens de s’organiser pour prendre en main leur destin. L’avenir dira si les contrats opérationnels de mobilité, inscrits dans la loi d’orientation des mobilités (LOM), qui visent à déployer, à l’échelle de « bassins de mobilité » des solutions alternatives à l’usage individuel de l’automobile et programmer des offres intermodales de déplacements – ont vocation à s’inscrire dans une contractualisation territoriale plus large…

 

Le Cerema lance une enquête sur le volet « mobilités » des contrats de ruralité

Le Cerema réalise actuellement un travail d'analyse des contrats de ruralité. Ce travail a pour objectif de comprendre dans quelle mesure le contrat de ruralité porte des actions en faveur de la mobilité dans les espaces de faible densité et d'analyser les relations entre les outils de contractualisation et les stratégies locales d’organisation des mobilités. Ce travail rentre en résonnance avec l’actualité de la LOM (voir notre dernier article dans l’édition précédente d’AdCF Direct et les expériences intercommunales capitalisées par France Mobilités).

En partenariat avec l'AdCF et l'Association des pays et pôles d’équilibre (ANPP), le Cerema propose aux intercommunalités portant un contrat de ruralité de répondre à un court questionnaire constitué de 21 questions essentiellement fermées, articulées en cinq grandes parties (10 minutes maximum).

Les résultats du questionnaire, et de l'analyse que le Cerema en fera, pourront être portés à votre connaissance via l'AdCF et l'ANPP, partenaires de ce travail.

Accéder au questionnaire via le lien suivant :
http://enqueteur.territoires-ville.cerema.fr/index.php/585244?lang=fr

 

Contacts AdCF : m.goudezeune@adcf.asso.fr & o.crepin@adcf.asso.fr

 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités