Thématiques

Développement économique

Rechercher
dans le site

Action régionale de l’AdCF : en Auvergne Rhône-Alpes, échange entre territoires d’industrie

A l’invitation de la délégation AdCF Auvergne Rhône-Alpes, les communautés et métropoles de la région étaient conviées à Clermont-Ferrand, le 12 février, pour échanger sur le lancement opérationnel de l’initiative « territoires d’industrie ». Accueillis par Olivier Bianchi, maire et président de la métropole, les participants ont pu partager leurs premiers projets, leurs ambitions mais aussi les questions qui restent en suspens. Prochain rendez-vous consacré à l’économie productive et aux liens territoires-industrie : le vendredi 29 mars à Pontivy.

« Territoires d’industrie » : objectif coopération

Olivier Bianchi, président de Clermont Auvergne Métropole, l’a rappelé en introduction à la journée, « il s’agit désormais de fabriquer cette intelligence collective, avec les grands groupes, avec les TPE, avec les consulaires mais aussi avec les autres échelles territoriales ». Voilà tout l’enjeu de la démarche « territoires d’industrie ». Et pour les communautés et métropoles, « peu importe la taille », « il faut réussir l’alliance de projets », « être au carrefour des coopérations ».

Les nombreux témoignages des élus et cadres territoriaux présents sont allés dans ce sens.

Que l’on soit un territoire rural avec une riche histoire industrielle, comme la communauté de Val’Eyrieux (Ardèche), un territoire mélangeant agriculture et industrie, comme la communauté du Mornantais (Rhône) ou un territoire plus urbain comme le Roannais Agglomération (Loire), l’un des principaux enjeux reste d’attirer les talents, les compétences. Or, comme le souligne Yves Nicolin, président de Roannais Agglomération, « nous sommes là pour recruter des familles, plus seulement des compétences ». Il s’agit donc de travailler sur les représentations des métiers industriels et convaincre « qu’il y a des métiers d’avenir, pour les familles. L’usine n’est pas sale ! », comme l’a rappelé Jacques Chabal, président de la communauté de Val’Eyrieux.

Deux projets ont illustré ces propos :

Le premier, intitulé « Grand Clermont », soutenu par Clermont Auvergne Métropole, concerne près de 140 communes du bassin de vie et a pour objet de faciliter l’accueil du conjoint, dans l’accompagnement à la recherche rapide d’un logement par exemple.
Le second, intitulé « Hall 32 », initié par le cluster Viameca, ouvrira en septembre 2019 et se situe au croisement des enjeux de formation et d’information. Il s’agit d’un centre d’innovation pour les formations à l’industrie. Si ces formations sont destinées aux élèves de Bac pro et de BTS, « Hall 32 » servira aussi à communiquer sur le futur des métiers de l’industrie et la richesse des métiers traditionnels. Ce cadre attractif devrait aider les jeunes et leurs familles à dépasser l’image négative qui colle encore à ce secteur.

Car les opportunités de recrutement sont nombreuses : à Roanne, par exemple, 1200 emplois sont à pourvoir, tandis qu’à l’échelle de l’Auvergne, il s’agit de 4 876 emplois dans la métallurgie à pourvoir dans les douze prochains mois.

Yves Nicolin a identifié, comme principal facteur de blocage, le déficit d’organismes de formation et pressent comme une menace la pratique systématique des appels d’offres privilégiée par la région. Car ces derniers échoient fréquemment aux grands organismes et excluent les plus petits pourtant compétents et très souvent présents hors les métropoles.

Consciente de ces difficultés, l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) d’Auvergne créé un GEIQ (groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification), avec pour objectif « d’aller chercher les personnes les plus éloignées de l’emploi et les amener progressivement vers le travail puis les former aux métiers techniques », détaille Eric Bulle, président de l’UIMM Auvergne. Cet outil offre aussi flexibilité et souplesse car il permet des entrées et sorties permanentes, pour ainsi gérer au mieux les parcours de formation des demandeurs d’emploi et des salariés. Sachant par ailleurs que la métallurgie représente en Auvergne 1 200 entreprises et 26 000 emplois, soit la moitié de l’emploi industriel auvergnat.

Autre solution envisagée : la formation en interne. C’est le cas d’une entreprise du territoire de Vichy Communauté, qui, pour faire face à ses problèmes de recrutement, a décidé de s’organiser en interne et de se tourner vers des demandeurs d’emploi n’ayant pas, initialement, les compétences techniques nécessaires mais étant désireux de se former. Les résultats de cette expérience s’avèrent excellents.

 

Mobilités, transition écologique, tous les sujets sont abordés

Pour la communauté d’agglomération de Montluçon, les mobilités restent le sujet crucial. Sur son bassin, 12 800 salariés proviennent d’un rayon de 5 à 25 kilomètres. La lutte contre l’autosolisme est d’autant plus d’actualité avec l’intégration des nouvelles compétences attribuées par la loi LOM et la question de l’articulation entre l’activité des zones d’activité économique et le centre-ville de Montluçon. A ce titre, une enquête sera diligentée auprès des salariés présents sur ces zones d’activité en périphérie : en fonction de leurs besoins, comme celui de venir en centre-ville à la pause déjeuner, la communauté réfléchira à adapter son offre de transports.

L’économie productive croise d’autres politiques publiques, comme la transition énergétique et écologique. Si des projets innovants et complexes permettent de faire lien, comme la récupération de la chaleur fatale des activités industrielles, des zones de friction peuvent émerger, telles que la trop stricte application de normes environnementales susceptibles de s’appliquer lors, par exemple, de la réhabilitation d’anciens sites industriels.

Les prochaines semaines permettront d’en savoir plus et seront l’occasion de répondre aux nombreuses questions que se posent encore les communautés.

Contacts : n.portier@adcf.asso.fr et o.crepin@adcf.asso.fr      

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger