Thématiques

Développement économique

Rechercher
dans le site

Rapport annuel de BPI France sur les PME et ETI : un portrait de la France entrepreneuriale

D’année en année, le rapport d’OSEO puis BPI France sur les PME et ETI s’est imposé comme l’un des meilleurs outils d’analyse de la France entrepreneuriale. Le nouveau millésime, composé de plusieurs études thématiques, sera très utile aux développeurs économiques régionaux et locaux. Il permet de se doter d’une photographie plus juste des dynamiques d’entreprises par catégories de taille, de secteurs d’activité... On y trouve des informations fondamentales sur le recours à la R&D, la propension à l’exportation des PME et ETI, les enjeux et modalités de la transmission-reprise. A lire.

Le rapport précise que l’on recensait en 2013, à partir des données de l’INSEE (nomenclature LME de 2008), 3,75 millions d’entreprises en France, et 3,93 millions d’ « unités légales ». L’immense majorité se constitue de micro-entreprises (3,6 millions d’entreprises & unités légales) mais qui ne regroupent que 2,48 millions de salariés ETP. Moins nombreuses, les PME (hors micro-entreprises) sont 138 000 (236 728 en « unités légales ») mais regroupent 3,71 millions de salariés ETP. Les entreprises de taille intermédiaires (ETI), souvent réputées trop peu nombreuses en France, sont au nombre de 5 322 (mais de 46 157 calculée en « unités légales »). Elles pèsent dans l’emploi plus que les micro-entreprises avec 3,18 millions d’ETP.

Les grandes entreprises recensées ne sont seulement que 274 lorsqu’on les intègre en tant que groupes (car elles rassemblent 26 000 « unités légales ») mais représentent plus de 4 millions de salariés. L’emploi salarié privé est ainsi assez bien réparti entre les 4 tranches d’entreprises, avec un léger avantage pour les grandes entreprises sur les ETI, et les PME sur les micro-entreprises.

Les chiffres d’affaires globaux reposant sur les différentes catégories croissent également de strate en strate. Rapportés aux effectifs salariés, les chiffres d’affaires sont de 224 euros par salarié pour les micro-entreprises, 222 pour les PME, 351 pour les ETI et 382 pour les grandes entreprises. Il en est à peu près de même pour les valeurs ajoutées calculées en volumes ou rapportées aux effectifs.

La proportion des entreprises exportatrices est quasi-nulle dans les micro-entreprises (4%), faible pour les PME (31%) et très large pour les ETI (70%) ou grandes entreprises (91%). De même, les immobilisations corporelles sont très concentrées dans les grandes entreprises (trois fois plus importantes par salarié dans les grandes entreprises que dans les PME).

Même s’il est souvent dit que ce sont les PME qui créent le plus d’emplois en France, il est néanmoins fondamental de bien mesurer le puissant effet d’entrainement des ETI et grandes entreprises sur la recherche développement, l’exportation, l’investissement privé. Le poids des ETI dans l’industrie française reste également très important puisque l’on recense 30% de leurs effectifs dans ce secteur, ce qui est bien supérieur aux autres  strates.

Plusieurs études contenues dans le rapport offrent des informations précises sur la création d’entreprises (données régionales, secteurs d’activités, part de femmes, statuts des sociétés...) mais aussi sur la cession-transmission qui est un enjeu majeur des prochaines années. 15 600 entreprises de 10 à 5000 salariés font l’objet d’une opération chaque année, à travers des ventes, des reprises de capital, des transmissions familiales (17%). Le chapitre consacré à ce sujet est à recommander tant il est riche d’information sur les modes de transmission propres aux différents secteurs d’activité, l’intensité de cet enjeu selon les départements.

D’autres monographies s’intéressent au comportement des PME et ETI à l’export, l’évolution de leurs investissements et de leur valeur ajoutée.

Ce rapport annuel comprend des informations et analyses d’une grande richesse, agrémentées de cartes et illustrations, qui font progresser le regard sur les tissus économiques. Sa lecture est à recommander aux élus et cadres en charge du développement dans les communautés.

  Accéder au rapport

Contact AdCF : n.portier@adcf.asso.fr & o.crepin@adcf.asso.fr

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger