Contenu article AdCF Direct

À Lisieux Normandie, l’apprentissage au service de l’insertion des jeunes et de l’attractivité de la collectivité

En matière d’emploi, les collectivités locales ont un rôle y compris en tant qu’employeur. L’apprentissage présente plusieurs atouts, tant pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes que pour leur faire connaître les métiers territoriaux. Un intérêt qui explique notamment le choix de l’intercommunalité de Lisieux Normandie de recruter un nombre croissant d’apprentis.

A partir de 2019, la communauté d’agglomération de Lisieux Normandie a compté cinq apprentis dans ses effectifs, là où on en dénombrait un seul l’année précédente.

En juin 2021, le conseil communautaire a témoigné d’une forte volonté d’approfondir cette politique de recrutement par le vote des crédits nécessaires au financement de dix apprentis, estimant que « le développement de l’apprentissage constitue une des réponses aux problématiques de formation et d’aide à l’emploi des jeunes. Il peut ainsi répondre aux difficultés de recrutement de certains profils au sein des collectivités territoriales, augmentant leur attractivité par la formation des jeunes ».

Lors de recrutements, la collectivité a constaté une absence de candidats à quelques reprises. Si certains services opérationnels comme l’eau et l’assainissement sont concernés par des difficultés communes à tous les recruteurs, il est aussi apparu que les employeurs territoriaux devaient encore progresser pour se faire connaître, notamment en l’absence de passerelle avec l’université.

Lisieux Normandie a commencé à former des apprentis dans le cadre de services supports, tels que la communication ou les ressources humaines, et a recruté pour cela des étudiants allant du brevet de technicien supérieur aux diplômes de licence professionnelle ou de master.

Au-delà de faciliter l’insertion des jeunes, cette formule permet de faire connaître l’intérêt et la diversité des métiers pouvant être exercés au sein de l’intercommunalité et, par la même occasion, de former les recrues aux manières de faire de l’agglomération.

 

Politique RH

Il s’agit là d’un avantage évident pour que les personnes recrutées s’intègrent aux équipes, parfois au-delà de la période d’apprentissage. Deux anciens alternants ont poursuivi sous contrat au sein de l’agglomération, pour intervenir dans le champ des ressources humaines (RH) et du contrôle de gestion. Pour Bruno Leboucher, vice-président aux innovations, aux ressources humaines et à l’administration générale, « c’est un vrai motif de satisfaction de pouvoir les garder ».

La perspective à court terme pour les jeunes n’est pas nécessairement de passer les concours de la fonction publique territoriale et l’intercommunalité propose, en concertation avec les partenaires sociaux, des solutions reposant sur un contrat à durée déterminée long ou un contrat de projet.

La question salariale est évidemment un critère, mais les conditions de travail permises par l’agglomération le sont également. Lisieux Normandie s’appuie sur une démarche plus générale de bien-être au travail et de marque-employeur, qui se caractérise par exemple par sa souplesse en matière de télétravail ou d’installation des agents dans les locaux.

Au stade du recrutement, l’intercommunalité a également à cœur de présenter le projet de la collectivité, dont le sens contribue à son attractivité car il intéresse les jeunes générations.

Qu’il s’agisse d’apprentis ou de professionnels expérimentés, c’est en cultivant son attractivité que Lisieux Normandie se donne les moyens de fidéliser les profils de bon niveau. « Une politique RH est un tout, et l’apprentissage en est une partie », résume Franck Gestin, directeur général adjoint aux ressources et innovations.

 

Simon Mauroux

Initialement publié dans le focus insertion du magazine Intercommunalités d’avril 2022

 

Email
Print
Partager
Facebook Twitter LinkedIn
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger