Contenu article AdCF Direct

Redynamiser la base aérienne de Châteaudun : une forte ambition aéronautique

Confrontée à la fermeture d’une base aérienne militaire, la communauté de communes de Châteaudun porte un ambitieux projet de reconversion civile autour d’un petit aéroport, levier de développement industriel et économique, de désenclavement, d’attractivité, de tourisme.

Le Grand Châteaudun connaît un rebond industriel et économique : de nombreuses PME locales sont en forte croissance, plus de 260 M€ d’investissements privés sont programmés ou en cours sur le territoire, le taux de chômage se situe à un niveau très bas (6,8 %) et de nouveaux habitants arrivent.

En 2018, le ministère des Armées a officiellement fermé la base aérienne 279 implantée depuis 1935 sur trois communes du Grand Châteaudun. Le potentiel du site est impressionnant avec 450 hectares au total. Le transfert de la base s’accompagne d’un transfert de compétence aéroportuaire entre l’État et l’intercommunalité. L’enjeu pour le Grand Châteaudun est de transformer la plateforme aéronautique en un petit aéroport civil régional efficace et utile avec de nombreuses activités dites de bord de piste qui permettent de développer un écosystème aéro-industriel : maintenance/MRO, centre de formation aéronautique, hangarage d’avions, musée de l’aviation, restaurants, cafés et lieux de vie, location de hangars pour les secteurs de l’événementiel, du fret, avec de la production et de la promotion industrielle…

Une étude de marché a été réalisée par la structure d’ingénierie de l’aéroport de Nice Côte d’Azur concernant l’aérodrome. Elle relève une très importante zone de chalandise de 3,6 millions d’habitants pour le projet d’aéroport d’affaires et d’aviation commerciale, au cœur d’un tissu industriel. L’étude table sur 600 mouvements par an en deux ans puis 1 100 mouvements par an en 2031. « Il faut développer des activités bords de piste, de l’aviation d’affaires, des recettes liées aux parkings d’avions, au travail d’aéronefs, etc. Nous avons ici une des 20 meilleures plateformes aéronautiques de France. » indique Fabien Verdier.

Le potentiel touristique est également très important avec les atouts du Grand Châteaudun, les châteaux de la Loire, Versailles, Blois, Chartres, le zoo de Beauval, Chambord… à moins d’1 h 20 de Châteaudun.

Fabien Verdier, maire de Châteaudun et président du Grand Châteaudun souhaite « avancer très vite et être en avance de phase pour sécuriser le site avec des activités industrielles et économiques qui remplissent les hangars aéronautiques afin de générer au plus tôt des recettes de loyers et de baux commerciaux. Nous avons de nombreux contacts avec des porteurs de projets et des investisseurs. Tous ceux qui frappent à notre porte sont les bienvenus » Les projets de reconversion sur chaque partie du site nécessitent des négociations, en particulier avec l’État et de nombreuses autorisations.

Le Grand Châteaudun a notamment obtenu la cession de l’hippodrome pour un euro symbolique et le maintien sur site des aéronefs du conservatoire Canopée qui rassemble la quasi-totalité des aéronefs de combat en service dans l’armée de l’air depuis la seconde guerre mondiale. Il sera l’un des piliers de la stratégie touristique qui vise à faire évoluer le tourisme de passage vers un tourisme de destination.

Les enjeux environnementaux du projet portent sur la préservation de la biodiversité relevée lors d’une étude d’impact et sur la production d’énergies renouvelables. Avec EDF Renouvelables, les élus travaillent à une centrale photovoltaïque qui permettra au Grand Châteaudun d’être territoire à énergie positive (TEPOS).

 

Une forte attractivité fiscale et industrielle

Pour satisfaire son ambition, le territoire du Grand Châteaudun bénéficie de mesures d’accompagnement de l’État pour compenser le départ des militaires et le dispositif d'exonération fiscale de revitalisation des zones de restructuration de défense (ZRD) va renforcer son attractivité. Les entreprises qui viennent s’installer bénéficieront pendant cinq ans d’une exonération d’impôts sur les sociétés (IS), ou d’IR pour les entrepreneurs individuels, et d’un abandon de CFE (cotisation foncière des entreprises) pendant trois à cinq ans ainsi que des allègements de charges diverses.

Les élus veulent attirer les entreprises du sud de l’Ile-de-France et d’Europe, en priorité des activités industrielles innovantes autour de l’avion du futur (taxi, hybride, hydrogène, vert, etc.). Une Société publique locale « Air Châteaudun » (SPL) a été créée afin d’aménager, de promouvoir, de développer l’aérodrome civil de Châteaudun. 

 

Contact : Sébastien Bayette, s.bayette@adcf.asso.fr

Email
Print
Partager
Facebook Twitter LinkedIn
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger