Contenu article AdCF Direct

Réinstallation des exécutifs communautaires : premières tendances

Dans les 154 intercommunalités concernées en ce début du mois de juin, les réinstallations des exécutifs intervenues se sont traduites, de manière générale, par des ambiances apaisées et une volonté d’agir très vite pour faire face aux urgences socio-économiques et écologiques.

L’AdCF manque encore de recul pour analyser toutes les situations mais les séances d’installation se sont, le plus souvent, opérées dans un esprit de concorde et de solidarité. Dans nombre de cas, une seule personne était candidate à la présidence, ce qui est assez différent de la dernière séquence massive de réinstallations de conseils communautaires, qui remonte au début 2017 avec les centaines de fusions de communautés intervenues au 1er janvier. Ces fusions avaient parfois provoqué une concurrence extrêmement vive sur les présidences mais aussi les vice-présidences, dans des logiques de représentation des anciennes communautés. Les considérations d’équilibre inter-territorial avaient même pris le pas sur les considérations de nature plus partisane. Les séances d’installation avaient duré très longtemps (jusqu’à 11 heures), avec des concurrences très fortes sur chacune des vice-présidences. Dans certains cas, des tensions post-fusion ont perduré jusqu’aux renouvellements récents, alimentant les critiques entendues à l’endroit de l’intercommunalité lors de la préparation de la loi Engagement de proximité.

A partir de l’analyse des récentes séances d’installation, intervenues dans les 154 intercommunalités dont l’ensemble de l’assemblée a pu être renouvelée (après réunion des conseils municipaux et élection des maires), se dégage de fait une forte impression d’apaisement général et de redémarrage dans un esprit d’union sacrée.

Dans une dizaine de territoires, une concurrence serrée s’est néanmoins opérée pour la présidence entre deux candidatures principales. Dans certains de ces cas, le vainqueur a, une fois élu, proposé à son challenger la première vice-présidence dans un esprit de coopération. Dans d’autres situations, les clivages sont a priori plus marqués et durables, le candidat défait n’intégrant pas du tout l’exécutif.
Dans quelques communautés, des concurrences sont venues des oppositions au maire de la commune principale (ville centre), mais sans soutiens notables en provenance des autres communes. Les « triangulaires » pour la présidence de l’intercommunalité se sont avérées exceptionnelles dans cette vague d’installations. 

 

Une ambiance de continuité

Dans la majorité des situations, les personnalités élues à la présidence étaient seules en lice, des accords de gouvernance s’étant manifestement dessinés en amont de l’élection. De très nombreux président(e)s sortants ont été reconduits lorsqu’ils se représentaient, ce qui témoigne d’une confiance préservée et d’un satisfecit des élus. L’AdCF recense 59% de reconductions sur l’échantillon des 131 intercommunalités qu’elle a pu analyser au 11 juin. Dans les 41% d’autres cas, il est rare que le ou la président(e) sortant(e) se représentait. Soit ce dernier a fait le choix d’interrompre ses engagements publics soit il souhaitait se recentrer sur d’autres mandats. Dans quelques cas était prévu, dans le pacte de gouvernance, une rotation de la présidence entre sous-secteurs du territoire. Dans 3 cas étudiés par l’AdCF (sur 131), l’exécutif sortant se représentait mais n’a pas été reconduit.

L’échantillon analysé à ce stade – celui des 154 intercommunalités dont 100% des communes ont installé leurs nouveaux conseils municipaux – comporte pour l’essentiel des communautés de communes, et de caractère surtout rural. Seules 6 communautés d’agglomération font partie de l’échantillon. Aucune communauté urbaine ou métropole n’y figure. De fait, en secteur rural, la gestion publique locale y est moins politisée que dans les secteurs urbanisés, les oppositions municipales y sont plus rares. Il reste que certains de ces territoires avaient pu connaître des tensions internes après les fusions ; celles-ci ayant laissé des traces dans les exécutifs avec les pertes de mandats imposées à certains élus. De ce point de vue, les renouvellements de 2020 semblent marquer une volonté de tourner la page et se fédérer au service du projet de territoire.

 

Des séances d’installation adaptées et plus rapides qu’après les fusions de 2017

Dans le contexte sanitaire actuel, marqué par des règles de distanciation et des réunions dans des salles adaptées (gymnases, salles des fêtes, grands lieux de réception…), beaucoup ont veillé à ne pas prolonger les débats à l’excès. Les marathons de 2017 (jusqu’à 11 heures !) ont été évités dans la plupart des cas, les ordres du jour étant restreints aux désignations et à la lecture de la charte de l’élu local. La faible concurrence constatée pour les présidences, mais aussi pour les vice-présidences, a raccourci les débats et les temps de vote au scrutin uninominal.

Les séances d’installation ont été assez sobres, parfois suivies par une assistance significative, en présentiel ou en ligne. La presse quotidienne locale et régionale a effectué un suivi assez attentif de ces renouvellements, consciente que beaucoup de sujets locaux relèvent désormais de décisions intercommunales, notamment en cette phase de relance économique.

Dans leur profession de foi visant à présenter leur candidature, ou après l’élection (dans la presse), les président(e)s nouvellement élus ou reconduits ont été nombreux à faire référence à la crise covid et à ses effets économiques.
Dans de nombreux cas, un hommage appuyé a été rendu à la mobilisation exceptionnelle des agents intercommunaux durant la période de confinement puis de la reprise d’activité.

Beaucoup ont évoqué la relance à organiser dans les meilleurs délais, tant à travers les soutiens aux entreprises que la commande publique. Des nouvelles séances du conseil communautaire sont très souvent programmées d’ici l’été à ce sujet.

AdCF Direct reviendra dans ses prochaines éditions sur ces recompositions des instances intercommunales et les premières décisions prises.

 

Contact : Nicolas Portier (n.portier@adcf.asso.fr)

Email
Print
Partager
Facebook Twitter LinkedIn
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger