Thématiques

Urbanisme

Zones commerciales en perte de vitesse : un appel à projet pour leur renouvellement

« Repenser la périphérie commerciale ». Tel est l’intitulé de l’appel à projets que lance le Ministère de la Cohésion des territoires. Il invite les communautés à témoigner de leur engagement dans la mutation des périphéries commerciales et entend aider les lauréats de son appel à accélérer la définition de leur projet de renouvellement urbain et commercial.

Le Ministère de la cohésion des territoires accompagnera 4 à 6 territoires par un soutien financier et technique pendant une durée d’environ un an. Il entend faire émerger des «opérations-pilotes» pionnières et exemplaires qui permettront de requalifier des zones commerciales en perte de vitesse, pouvant d’ores et déjà être affectées par un développement de la vacance commerciale, par un vieillissement des bâtiments ou des espaces publics, par des dysfonctionnements incompatibles avec une bonne fréquentation de l’espace…
C’est un double enjeu auquel il convient de répondre : celui de la requalification de la zone et celui de la diversification des fonctions de cette zone. Le commerce peut être présent dans l’opération mais le projet doit ambitionner d’y introduire bureaux, logements, équipements publics…

Une aide financière sera attribuée par l’Etat (enveloppe globale d’environ 250 000 €) aux collectivités lauréates, sous la forme d’une subvention pour financer une prestation d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO), à hauteur maximum de 50%, en fonction de la qualité et de l’ambition du projet. Un co-financement d’une assistance pour définir le projet de mutation de la périphérie commerciale (programmation, montage de projet...).
Plusieurs groupes de travail (3 à 5) seront animés au niveau national par les services de l’Etat et des experts publics et privés de l’aménagement et du commerce, pour accompagner les collectivités territoriales lauréates. Ces groupes de travail ont vocation à accompagner les collectivités territoriales lauréates durant les phases de définition du projet (parangonnage, écriture du cahier des charges et sélection de l’équipe d’AMO pour définir un projet de renouvellement urbain et commercial, dialogue et partenariat entre les acteurs de la ville et du commerce...), à faciliter les échanges et le partage de solutions entre les collectivités territoriales et les experts du réseau Commerce, ville et territoire, et à tirer les enseignements de ces projets à l’échelle nationale.
Les collectivités territoriales lauréates qui utiliseront ou s'inspireront de la démarche EcoQuartier pourront bénéficier d'un appui des services déconcentrés du Ministère pour les accompagner dans l'appropriation de la démarche EcoQuartier et sa mise en œuvre.

Pour candidater à l’appel à projets avant le 23 février 2018 (cahier des charges et trame de note d’intention) sont également disponibles sur le site du Ministère : http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/reseau-commerce-ville-et-territoire.  

 

 Remarques et observations de l’AdCF

Si elle met très souvent en garde contre la prolifération des appels à projet (en dehors de cas limités d’expérimentation) et aurait préféré un autre mode opératoire, l’AdCF note néanmoins avec intérêt la mobilisation de l’Etat sur la problématique du devenir des espaces commerciaux périphériques. Elle a fréquemment rappelé dans ses propositions et ses études ou publications, les risques de « canibalisation » des pôles commerciaux périphériques entre eux et les avertissements d’acteurs du commerce convaincus que certains pôles commerciaux sont destinés à mourir. Sur le plan commercial, ces derniers ne correspondent plus aux attentes des populations. Leur vieillissement ne permettra pas à ces zones de résister à la concurrence accrue par une surproduction de surfaces toujours à l’oeuvre au regard des capacités locales de consommation. C’est à ce titre que l’AdCF rappelle fréquemment que l’opposition centre-ville / périphérie, bien que justifiée, est souvent réductrice.

Déjà à l’occasion des débats sur la loi ALUR de 2014, les pôles commerciaux périphériques étaient considérés par l’ancienne ministre Cécile Dufflot comme le gisement foncier de demain. Une gageure pour les collectivités de se les réapproprier dans une logique de renouvellement diversifié et équilibré d’autant qu’une majorité des pôles commerciaux peuvent difficilement être connectés au réseau de transport collectif et recevoir sans des investissements colossaux une orientation résidentielle. L’AdCF observe que nombre de foncières et promoteurs jusqu’alors exclusivement dédiés à l’activité commerciale (retail park, centres commerciaux…) diversifient leur fonction et embrasse les métiers de promotions de bureau et de logements. L’association public / privé sera au cœur de ces mutations. Elle est présente en filigrane dans cet appel à projet.

L’AdCF participe aux travaux du réseau Commerce ville et territoire.



Contact AdCF : p.schmit@adcf.asso.fr
 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités