Thématiques

Institutions et pouvoirs locaux

Une large majorité de maires adhère au fonctionnement de leur intercommunalité selon le CEVIPOF de Sciences Po

Un sondage du CEVIPOF auprès des maires confirme les résultats de l’enquête conduite par l’AdCF auprès des présidents d’intercommunalités : en matière de fonctionnement des intercommunalités, les situations tendues ou dégradées sont très minoritaires.

À la demande du groupe des sénateurs socialistes et républicains, une grande enquête auprès des maires avait été conduite par l’IFOP et le CEVIPOF (Sciences Po) en septembre et octobre 2019. Cette enquête, réalisée à partir d’un échantillon représentatif de 809 maires, incluait un certain nombre de questions relatives à l’intercommunalité. 62% considèrent que leur intercommunalité fonctionne plutôt bien ou très bien, 19% répondent « ni bien ni mal », 14% « plutôt mal » et seulement 5% « très mal ». Ce sondage confirme les résultats de l’enquête conduite par l’AdCF auprès des présidents d’intercommunalités en septembre dernier qui indiquaient que les situations tendues ou dégradées étaient très minoritaires.

Les appréciations générales sur le bon fonctionnement de l’intercommunalité montrent des possibilités de progrès puisque seulement 12% des maires, sur les 62% qui expriment un jugement positif, considèrent que leur intercommunalité fonctionne « très bien ». Elever ce score au cours du futur mandat sera ainsi un défi.

On constate également que les maires de l’échantillon faisant partie d’une communauté urbaine ou d’une métropole ont des jugements plus positifs que la moyenne. Les appréciations positives montent à 75% alors que ce sont les formules d’intercommunalités les plus intégrées. Ce n’est donc pas l’intensité des transferts de compétences qui pose le souci majeur mais la qualité de l’association des élus à la décision. L’ancienneté des métropoles (anciennes communautés urbaines ou d’agglomération) et le fait que leurs périmètres aient été peu modifiés dans la plupart des cas, expliquent aussi l’apaisement des relations communes-intercommunalité et l’existence d’outils de gouvernance bien rôdés, comme le confirme la récente publication de l’AdCF et France urbaine sur ce sujet (étude réalisée par les élèves administrateurs de l’INET).

Dans l’ensemble 59% des maires s’estiment « plutôt bien » associés (37%) ou « tout à fait bien » (22%) au fonctionnement de l’intercommunalité. Ils sont 15% à répondre « plutôt mal ». Ceux qui répondent « tout à fait mal » ne sont que 9%.

Répondant à une question consacrée aux périmètres, 66% des maires se prononcent en faveur de la stabilité. Les maires d’un avis contraire, sont à 25% pour une réduction de taille et 8% pour un élargissement (1% de sans réponse). C’est dans la catégorie des communautés d’agglomération que les demandes d’évolution (dans un sens ou dans l’autre) apparaissent les plus élevées, avec 43%, contre 32% dans les communautés de communes. 19% répondent « ni bien ni mal ».

 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités
Octobre 2021