Thématiques

Institutions et pouvoirs locaux

Transition écologique : Vers une grande concertation décentralisée

Le Premier ministre a reçu les associations de collectivités, le 28 novembre, pour un échange sur les moyens et objectifs de la vaste concertation que le Président de la République souhaite conduire dans les territoires sur la transition écologique. Jean-Luc Rigaut a fait part de l’intérêt de l’AdCF mais aussi de ses attentes en termes de finalités, de sens et de méthode. Retrouvez le communiqué de presse diffusé à l’issue de la réunion.

Après avoir installé, le 27 novembre, le Haut conseil pour le Climat, le Président de la République a réuni les membres du Conseil national de la transition écologique (CNTE) – Sébastien Miossec (Quimperlé communauté représentait l’AdCF - pour annoncer les mesures et orientations de la prochaine loi de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) ainsi les solutions envisagées pour modérer les augmentations de la fiscalité carbone (CEC) en cas de progression forte des cours mondiaux. Il a également annoncé le lancement d’une grande concertation décentralisée dans les territoires pour traiter des questions de transition écologique et les resituer dans un cadre plus général (pouvoir d’achat, solutions de transport, modes de vie…).

Afin d’organiser cette concertation, d’en définir les bonnes échelles de débat et les modalités précises (cadrages et thèmes, animation, formats…), le gouvernement a réuni les 28 et 29 novembre les différents collèges du CNTE. Aux côtés de Jean Rottner, président de la région Grand Est qui représentait Régions de France et de Philippe Laurent, maire de Sceaux, qui représentait l’AMF, Jean-Luc Rigaut a ainsi rencontré Edouard Philippe, François de Rugy (ministre d’Etat chargé de la transition écologique et solidaire) et Jacqueline Gourault (ministre de la cohésion territoriale et des collectivités) pour débattre de l’implication des associations de collectivités dans ces concertations décentralisées.

Les représentants des associations de collectivités se sont montrés disposées à prendre part à cette concertation et mobiliser leurs adhérents respectifs. Ils ont néanmoins souhaité qu’en soient fixés avec clarté la méthode, les objectifs et le sens général. Un cahier des charges rigoureux doit être ainsi défini pour fixer des points de sortie et apporter des réponses rapides à la crise sociale et territoriale mise en exergue par le mouvement des « gilets jaunes ». L’éventuel tassement de ce mouvement (qui reste incertain) ne saurait oblitérer les difficultés et angoisses qu’il révèle. La concertation se doit d’être sérieuse, ont expliqué en substance les représentants de collectivités, et devra s’appuyer sur des méthodes renouvelées.

Jean Rottner a fait état des démarches innovantes conduites en Bretagne depuis plusieurs années à la suite du mouvement des « bonnets rouges ». Jean-Luc Rigaut a pour sa part souhaité des concertations décentralisées à l’échelle fine des bassins de vie (une ou plusieurs intercommunalités) pour se situer au plus près des problématiques quotidiennes (déplacements domicile-travail, habitat, urbanisme, modes de chauffage, gestion des déchets…) avant consolidation des résultats à des échelles régionales et nationales. Cette concertation devra être « remontante » en mobilisant largement les territoires.

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités