Thématiques

Développement économique

Renouvellement des tissus économiques locaux : La note n°5 de la collection de l’AdCF est disponible

L’AdCF diffuse sous format numérique la note n°5 de sa collection consacrée aux tissus économiques locaux. Réalisée en partenariat avec le cabinet OPC, et avec le soutien de la Banque des Territoires, cette note s’intéresse aux dynamiques de création et de défaillance d’établissements dans les territoires, tout en montrant leur faible corrélation avec les créations d’emploi. Cette note, comme l’ensemble de la collection, porte sur des données antérieures à la crise sanitaire. Mais elle offre une grille de lecture pour décrypter les évolutions à venir et les impacts territoriaux futurs de cette dernière.

L’AdCF a lancé à partir de 2019 une nouvelle collection de notes sur les économies locales et les tissus d’activités, en s’intéressant successivement à leur composition, leur orientation résidentielle ou productive. Ces notes ont été produites avec les données disponibles avant le surgissement de la crise sanitaire et du confinement. Elles apportent des informations utiles sur les ressorts des économies locales sur longue durée, ou depuis la crise de 2008. Elles permettent de dresser un état des lieux et des dynamiques avant crise. L’AdCF va poursuivre la publication en ligne de ces différentes notes (une collection de 10 au total) tout en analysant au fil de l’eau les impacts territoriaux de la crise, à court et moyen termes. Un dispositif d’observation a été mis en place.

La note n°5 de la collection s’intéresse aux dynamiques de création/destruction d’établissements dans les territoires. Elle s’appuie sur les dernières données disponibles des instituts statistiques (pas toujours actualisées) pour mettre en évidence les phénomènes de renouvellement permanent des tissus d’établissements. Le processus de « destruction créatrice », pour reprendre un expression célèbre, est très accentué dans certains secteurs fortement concurrentiels et à faible coût d’entrée : hôtellerie, commerces, restauration, livraisons, artisanat… sont par exemple des secteurs à fort renouvellement des tissus.

La densité des tissus économiques et la densité démographique des territoires ont tendance à accroître ce phénomène de renouvellement. Les taux de défaillance d’entreprises peuvent être forts, et même s’accroître, dans des phases de reprise économique ou dans des territoires très dynamiques. Les pressions de la concurrence, mais aussi le renouvellement des attentes de consommation, y accentuent les défaillances. A l’inverse, de faibles taux de défaillance peuvent être constatés dans des territoires à moindre dynamisme, notamment en matière démographique et de création d’emploi.

De fait, cette note invite à utiliser avec une certaine prudence les critères de taux de défaillance. De même, le taux de création d’entreprises est un indicateur parmi d’autres qui est de surcroît affecté par l’entrée des auto-entrepreneurs dans les statistiques. Depuis vingt ans, on observe des taux de création d’entreprise élevés mais qui ne se transforment pas en créations d’emplois aussi toniques.

 Il est de fait utile de rapprocher taux de création et taux de défaillance pour analyser le « solde net » des entreprises afin d’observer l’ensemble du parc d’entreprises. Mais il est plus encore utile de corréler cette évolution du parc avec le nombre d’emplois créés en « solde net ».

La crise que notre pays traverse va nécessairement avoir des effets sur les défaillances d’entreprises, mais il sera utile de bien distinguer leur impact en termes d’emplois perdus (et de savoir-faire) mais aussi de capacités de remplacement par de nouvelles entreprises. Certaines entreprises peuvent être estimées plus difficiles à remplacer que d’autres, ce qui peut conduire à leur apporter un soutien particulier.

Partager
En savoir plus

Dernières
Actualités