Thématiques

Développement économique

Les politiques locales de développement et de soutien au commerce : quelles visions des Régions ?

Au sein des SRDEII déjà adoptés par les Régions, les actions et initiatives en faveur du commerce constituent un élément prégnant de leur action globale, en s’inscrivant dans le cadre plus large des soutiens proposés aux petites entreprises.

Le schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII), s’il intervient dans des domaines aussi variés que l’agriculture ou l’industrie, fait également du commerce un secteur-clé de ses objectifs stratégiques. Souvent associé à l’artisanat pour constituer un seul et même ensemble d’interventions, le commerce fait l’objet d’une attention particulière qui peut être soulignée, même si sa place dans les orientations adoptées est variable selon les régions et leurs contextes.

 

L’affirmation d’une certaine idée du commerce comme espace d’intervention publique

Le commerce, notamment lorsqu’il est lié à l’artisanat, à l’économie sociale et solidaire et à la proximité est perçu par les Régions comme un domaine d’intervention fondamental. Son rôle dans l’animation économique d’un territoire, notamment celui-ci est exposé à des difficultés, est fondamental et permet de maintenir le lien social dans certains centres-villes, centres-bourgs et villages parmi les plus isolés dans les territoires ruraux.

La région Centre-Val-de-Loire l’indique clairement : les commerces de proximité « contribuent au maintien des activités économiques indispensables à la population et aux entreprises, et assurent un rôle essentiel dans l'aménagement du territoire. Ils sont générateurs d'emplois de qualité ».

En Auvergne-Rhône-Alpes, est mis en avant « le ro?le du commerce de proximité dans un urbanisme commercial maitrise?, au regard du développement des grandes surfaces », et qui doit se compléter « d’une vigilance sur les formes de commerce comme les magasins d’usine et assimilés dont l’implantation non étudiée selon tous les critères d’impact fait peser d’importants risques a? un maillage d’entreprises commerciales directement reliées a? la vie des villes et des villages. »

Ainsi, les démarches engagées pour le commerce s’inscrivent dans le cadre plus général du soutien à toutes les formes de petites et très petites entreprises, notamment pour ce qui est de leur création, par des fonds d’amorçage, ou de leur reprise à travers l’aide apportée par les développeurs économiques, en coordination entre les niveaux régionaux et communautaires. A titre d’exemple, la région Nouvelle-Aquitaine prévoit, dans le cadre de la sécurisation des démarches de création/reprise d'entreprises, d’accompagner les territoires fragiles pour faciliter la création d'activités, et notamment d’activités commerciales, par exemple via des "couveuses" commerciales permettant de tester la création d'activité dans les centres-bourgs.

 

L’Île-de-France, les Pays de la Loire et la Corse en pointe en termes de politiques publiques pour le commerce

Parmi les régions dont les schémas ont pu être étudiés, trois d’entre elles se singularisent par l’engagement très volontariste qu’elles affichent en faveur du soutien au commerce.

La région Pays de la Loire prévoit dans son SRDEII un nouveau fonds de soutien a? l’artisanat et au commerce, notamment dans les territoires en situation de « fragilité commerciale » (zones rurales et certains quartiers prioritaires) pour en soutenir la modernisation. Les commerces de proximité (métiers de bouche, bars-tabacs, multi-services...) bénéficieront d’un soutien financier adapte? aux projets de modernisation de leurs outils de travail. Ce fonds, pour s’adapter a? la diversité? des territoires, pourra accompagner aussi bien des démarches individuelles que collectives. Une politique de facilitation de l’accès au financement bancaire, à travers des garanties apportées et des prêts directs en partenariat avec Bpifrance et la place bancaire, sera assurée. Les acteurs du territoire seront associés a? toute décision concernant les projets identifiés.

En Île-de-France, l’institution régionale soutiendra et accompagnera la dynamique et les mutations de l’artisanat et du commerce sur l’ensemble du territoire au travers de démarches co-anime?e par elle, la chambre de métiers et de l’artisanat, la CCIR, les Départements, les communautés et la Ville de Paris. L’intervention de la Région sera conduite au travers de trois principaux outils : le fonds quartiers pour soutenir le développement de projets de commerces dans les quartiers politique de la ville, l’aide « TP’up » pour les TPE ainsi que deux dispositifs d’aide aux commerces de proximité et a? la revitalisation commerciale des communes et communautés en milieu rural.

Enfin la Collectivité territoriale de Corse compte « soutenir les intercommunalités (ou les communes) dans l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies en faveur du développement commercial et artisanal » et faire le lien avec la redynamisation du commerce en milieu urbain et avec la politique de la montagne. Les communautés seront fortement incitées a? bâtir des stratégies d'équilibre commercial entre centre et périphérie et des politiques de préservation du tissu commercial et artisanal au sein des centres urbains a? leur échelle voire a? l'échelle des territoires de projet. Le programme de restructuration organisée de soutien stratégique a? l’Immobilier et aux activités (PROSSIMA) agira via appels à projet régionaux pour soutenir les opérations de requalification et de redynamisation de pôles commerciaux et artisanaux

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités