Thématiques

Urbanisme

Les métropoles au scanner : la FNAU publie la deuxième édition

Le second opus de Métroscope, le document de référence sur l’observation des métropoles françaises, est disponible. Fruit d’un travail au long cours des agences d’urbanisme et des collectivités concernées, ce nouveau millésime donne à voir les métropoles dans leur diversité et leurs spécificités. Les enseignements sont nombreux et les pistes de réflexions stimulantes.

Métroscope est une démarche initiée par la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme (Fnau) en liaison avec France urbaine, l’Assemblée des communautés de France (AdCF), et l’Agence nationale de la cohésion des territoires. Elle est soutenue par le ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, mais aussi la Banque des territoires-Caisse des dépôts. Le premier opus de Métroscope s’intéressait, en 2017, aux 15 premières métropoles créées, ce millésime 2020 analyse les 22 métropoles (dont celle du Grand Paris).

Fruit d’un travail de deux années d’observation mutualisée, et d’échanges entre des agences d’urbanisme mais aussi des collectivités, Métroscope renouvelle le regard sur les métropoles et met en avant le savoir-faire de l’ingénierie locale. Le document  s’organise en trois parties.

Une première partie propose des indicateurs regroupés autour de quatre thèmes qui portent des enjeux plus spécifiquement métropolitains, notamment dans la mesure des échanges entre les métropoles et les territoires voisins : « Contribuer », « Etudier et innover », « Travailler » et « Habiter ». Une deuxième partie présente une typologie des métropoles en fonction de 16 indices qui, ensemble, dessinent une approche de la qualité de vie. Enfin la troisième partie regroupe 14 focus sur des « méthodologies territorialisées » : des métropoles (ou leur agence d’urbanisme) présentent un angle de réflexion qui leur est propre, l’appareillage méthodologique construit localement pour son observation ainsi que les résultats observés.

Des tendances sur les évolutions à l'oeuvre sur une dizaine d'années

L’ensemble du document est très riche et facile à lire. Les éléments de diagnostic se répondent ou se complètent au sein d’une même partie ou entre les parties pour dessiner une vision complète et nuancée des métropoles françaises. Les comparaisons, tant entre métropoles qu’entre les métropoles et les autres territoires urbains ou le reste du pays sont très instructives. Les données travaillées permettent de produire des indicateurs de niveau mais aussi des indicateurs de tendance qui informent quant aux évolutions à l’œuvre (sur une dizaine d’années) dans les territoires.

Parmi les innovations du millésime 2020, quelques éclairages peuvent être mis en avant. Métroscope présente une analyse des flux salariaux, sur la base des Déclarations annuelles des données sociales (DADS), entre les métropoles et le reste du pays qui est particulièrement intéressante. Elle ne demande qu’à être dupliquée dans les autres territoires. Notons que chaque fiche d’observation se conclut par un encadré « ce qui est observé » qui donne au lecteur les ressources et les éléments de méthode utilisés. La masse salariale nette versée par les employeurs des métropoles (hors agriculture) est estimée à 275,5 Mds d’€ (en 2015) soit 41% de la masse salariale nationale. Elle est perçue, en moyenne, à 75% par les actifs des métropoles eux-mêmes et à hauteur de 25% par des actifs demeurant hors des métropoles. En regard, 12% des revenus des habitants des métropoles proviennent d’entreprises situées hors des métropoles. Au final, en moyenne, les métropoles perçoivent 1 € de l’extérieur quand elles « versent » 2,5 € hors de leur périmètre. Ces ratios moyens (qui sont, comme d’autres, inévitablement « déformés » par le poids de la métropole du Grand Paris qui compte 7 millions d’habitants) recouvrent des réalités très différentes selon les territoires. Des éléments détaillés d’analyse sont proposés qui donnent les premiers éléments de compréhension de ces différences.

La situation des jeunes adultes - étudiants ou en emploi- est particulièrement bien restituée  en croisant les résultats des parties « Etudier et innover » (« l’enseignement supérieur un marqueur métropolitain », « une concentration plus forte d’étudiants dans les pôles de haute- technologie , « de la proximité au national, une disparité du rayonnement universitaire »), « Travailler » (« les métropoles attirent des jeunes actifs », « les métropoles préservent, plutôt mieux, les jeunes diplômés du déclassement professionnel ») et « Habiter »  (« davantage de déménagements récents dans les métropoles », « les jeunes actifs ont de plus en plus de difficultés à partir du domicile parental », « une intensification des phénomènes de sur- » et de sous- occupation des logements »).

Dans le chapitre « Habiter », une comparaison du rythme annuel de constructions de logements dans les métropoles entre deux périodes (2004/2009 et 2010/2016) donne un éclairage intéressant sur les évolutions en cours. Si le rythme national de construction des logements passe de 383 000 par an à 291 300 entre les deux périodes, cette baisse n’atteint pas les métropoles qui, ensemble, ont vu leurs constructions annuelles passer de 82 700 à 93 500. Bien entendu cette hausse ne concerne pas uniformément toutes les métropoles tant en nombre qu’en taux d’évolution. Cependant au global, la part des métropoles dans la construction de logements progresse dans toutes les régions. Il est possible d’y voir, notamment, une traduction forte de l’attractivité maintenue des métropoles et d’un début de remise en cause de l’étalement urbain en grande périphérie. 

Les travaux et analyses de Métroscope ont été réalisés avant la crise du Covid-19, et finalisés durant le confinement. Toute une partie est dédiée aux enjeux de la « qualité de vie » dans les espaces métropolitains. Même si la notion reste difficile à cerner, car le bien-être fait appel à une forte dimension sensible et qualitative, Métroscope propose un essai de typologie statistique, mais aussi des focus, à partir de démarches territorialisées. Ces approches relèvent des préoccupations prioritaires sur les enjeux environnementaux et climatiques, le rapport à la nature, l’urbanisme favorable à la santé, mais aussi sur l’intégration de tous et le rôle de la culture. Autant de préoccupations qui prennent un éclairage nouveau, dans le contexte de l’après pandémie, et réinterrogent les valeurs essentielles à intégrer dans les démarches territoriales de demain.

L’AdCF ne peut que recommander à tous la lecture de Métroscope dont les méthodes et les résultats inspireront de nombreux autres territoires.

 

Accéder à Métroscope

Contact : Erwan Le Bot, e.lebot@adcf.asso.fr

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités