Thématiques

Institutions et pouvoirs locaux

Grand débat national L’heure est à la recherche de solutions

Dans un communiqué de presse publié le 16 janvier après ses rencontres avec les membres du gouvernement, l’AdCF appelle à un débat sérieux, utile, qui se doit de répondre aux attentes prioritaires des Français et déboucher sur des solutions. Sur de nombreux sujets, ces solutions devront être trouvées et mises en œuvre à l’échelle locale.

Lors de ses récents échanges avec les ministres Jacqueline Gourault et Emmanuelle Wargon, l’Assemblée des communautés de France (AdCF) a pris acte des orientations retenues pour l’organisation du grand débat national. Elle a également analysé, avec la plus grande attention, les thèmes de débat évoqués par la lettre du chef de l’Etat adressée le 14 janvier à nos concitoyens.

Si plusieurs sujets relèvent de décisions nationales et de la responsabilité exclusive du Parlement, l’AdCF constate que nombre d’autres renvoient à des questions locales. Depuis le début de la crise sociale, l’AdCF appelle à des assises territorialisées consacrées à la recherche en commun de solutions aux préoccupations du quotidien des Français. Les questions des « fins de mois » et du pouvoir d’achat des Français sont liées en grande partie à l’augmentation de leurs dépenses contraintes en matière de logement, de mobilités, d’énergie.

L’AdCF est persuadée que c’est à l’échelle de nos bassins de vie et d’emploi qu’il faudra apporter des réponses concrètes pour réussir notre transition écologique dans un cadre soutenable pour les Français. C’est aussi à cette échelle, en s’appuyant sur les maires et leurs intercommunalités, qu’il faudra trouver des solutions pour répondre à d’autres préoccupations qui se sont exprimées, que ce soit sur les ronds-points, dans les cortèges, les réseaux sociaux ou les premiers cahiers de doléances : avenir des services publics et des activités de proximité (artisanat, commerce…), dévitalisation des centres-villes, attractivité des territoires…

Compte tenu des compétences qui sont les leurs dans ces domaines, les intercommunalités de France entendent pour la plupart s’investir dans les débats décentralisés qui s’organiseront dans les territoires, même s’il n’est pas de leur rôle d’en être les organisatrices. L’AdCF a plaidé depuis le début de la crise pour que ces débats soient placés sous le contrôle de garants incontestables.

Représentant un millier d’intercommunalités de France, des communautés de communes rurales aux métropoles, l’AdCF considère que le grand débat national a pour ardente obligation d’être utile à notre pays dans un contexte d’incertitudes sur l’avenir de nos territoires, de la France mais aussi de la construction européenne. Les intercommunalités de France seront ainsi exigeantes sur la méthode retenue et les débouchés concrets du grand débat national. L’AdCF portera ses propres propositions, tant au niveau national qu’à travers ses adhérents et ses délégations régionales. 

Le président de l’AdCF, Jean-Luc Rigaut, a déclaré que le grand débat national doit permettre à notre pays de se réconcilier avec lui-même et de se projeter vers l’avenir. « Ce moment doit être l’occasion d’une véritable clarification des responsabilités des acteurs publics, d’un débat de fond sur les rôles respectifs de l’Etat et des collectivités. » a expliqué le président de l’AdCF aux représentants du gouvernement.

Le « pacte girondin » et la « République contractuelle » annoncés en début de législature par le gouvernement devront enfin être concrétisés à l’issue de cette vaste concertation.  

Elle doit permettre également de repenser notre fiscalité nationale et locale, d’en améliorer l’équité et la lisibilité, à travers des assiettes larges, stables, cohérentes avec les responsabilités de chacun et ses capacités contributives. Ce chantier est indispensable à la préservation du consentement à l’impôt. 

L’AdCF souhaite que le grand débat national contribue à l’apaisement de notre pays et mette un terme aux débordements injustifiables constatés ces dernières semaines. Elle condamne avec la plus grande fermeté les violences verbales, mais aussi physiques, qui ont émaillé les mouvements sociaux. Des souffrances, des difficultés réelles, des inquiétudes se sont exprimées ces derniers mois. Celles-ci doivent être entendues, mais c’est désormais la recherche de solutions et de réponses concrètes qui doit prévaloir. L’AdCF entend y contribuer.

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités