Thématiques

Administration et ressources humaines

Emplois aidés et réorganisations institutionnelles : Quels impacts RH dans les collectivités?

La nouvelle édition du baromètre RH de Randstad, réalisé avec la Gazette des communes, l’AdCF et Villes de France, est désormais parue. Elle permet de mesurer les impacts du non-renouvellement des emplois aidés et des réorganisations institutionnelles liées aux fusions de communautés ou de communes. Retrouvez les résultats.

Le focus consacré aux contrats aidés dans cette nouvelle édition du baromètre permet d’évaluer les difficultés d’organisation ressenties dans les collectivités. Portant sur l’exploitation de 674 réponses (parmi lesquelles 268 petites communes, 234 communes moyennes, 41 communes de plus de 50 000 habitants et 131 intercommunalités), l’enquête montre que c’est dans des petites communes que la réduction du nombre de contrats aidés suscite les difficultés les plus significatives (29% contre 23% en moyenne). Ce résultat est peu surprenant mais doit être mis en regard du nombre également élevé de petites communes où cette réduction ne soulève pas ou peu de difficultés (47% contre 43%).

Les disparités proviennent sans doute du plus ou moins grand recours à ces emplois aidés au cours des dernières années. Les intercommunalités se situent dans une position intermédiaire : 21% expriment des difficultés significatives, 39% des difficultés mais en passe d’être surmontées et 40% pas ou peu de difficultés.

De manière générale, le baromètre révèle que la solution privilégiée pour faire face à la contraction est le recrutement d’agents contractuels (59%), suivi par un renforcement de la polyvalence des agents (43%).

 

L’enquête évoque également la position des répondants (élus, DGS ou DRH) sur les communes nouvelles et les recompositions de territoires. Deux tiers des répondants adhèrent à cette formule utile pour rationaliser l’organisation administrative locale et garantir la pérennité de l’institution communale.

 

Sur les conséquences des fusions, le baromètre permet de constater des difficultés à mettre en oeuvre les nouvelles organisations (67%) et certaines pénuries de compétences métiers (28%). 26% y voient des opportunités d’évolution pour les agents.

 

En termes de prospective en matière de recrutements, les collectivités restent très prudentes et entendent toujours faire des efforts sur les masses salariales. L’allègement de certains services, voire leur arrêt, n’est plus du tout une hypothèse marginale. 61% évoquent des allègement, 39% des arrêts, 38% des réductions des horaires d’ouverture, 33% des baisses de fréquence. Parmi les répondants, les collectivités qui envisagent des recrutements sont moins nombreuses que celles qui envisagent des baisses. 1% seulement envisagent une augmentation forte, 13% une augmentation légère. 4% prévoient une baisse forte et 32% une baisse légère. 47%, soit près de la moitié, évoquent une stagnation.

 

Le baromètre indique en tendance des processus de mutualisation plutôt à l’arrêt dans les territoires, suite aux réorganisations. De même pour la GPEEC. Dans le même temps, il donne à voir d’intéressants développements des fonctions support. 24% disent avoir déjà mutualisé la fonction RH, 15% la prévention des risques.

 

Contact AdCF : s.mauroux@adcf.asso.fr

Partager
En savoir plus