Thématiques

Développement économique

Rechercher
dans le site

Délégation régionale AdCF de Bourgogne-Franche-Comté : Une rencontre consacrée aux Territoires d’Industrie

Dans la perspective du comité de pilotage que la région Bourgogne Franche-Comté consacrera à la rentrée aux Territoires d’Industrie, et auquel sera associée la délégation régionale de l’AdCF, les élus et cadres des intercommunalités concernées se sont réunis le 28 juin à Dole afin de dresser ensemble un point d’étape sur les actions mises en œuvre par leurs territoires.

L’industrie est au cœur des territoires innovants hors-métropole. C’est sur ce constat que Jean-Pascal Fichère, président du Grand Dole a ouvert la rencontre du 28 juin. Elle représente pour lui le « noyau dur » économique de ces bassins économiques qui bénéficient d’une plus faible pression foncière, de services de proximité plus adaptés mais aussi de compétences historiques cumulées dans les bassins d’emplois semi-ruraux. Les collectivités s’attachent donc en Bourgogne-Franche-Comté à soigner ces conditions d’accueil privilégiées de leurs acteurs industriels.

Forte de cette tradition, la Région demeure la première région industrielle de France pour la part de l’emploi industriel dans l’emploi total (17,3%). L’initiative Territoires d’industrie, appréhendée par les acteurs locaux avec une volonté de réalisme, a ainsi permis de souligner des attentes fortes en termes de partage d’expériences, de dialogue entre industriels et élus, de simplification juridique… Ces attentes sont également croissantes en matière d’ingénierie financière, et d’appui méthodologique, notamment auprès de l’AdCF et de ses partenaires (délégation aux territoires d’industrie, Banque des territoires…).

 

Des attentes fortes mais encore peu d’actions formalisées sur la simplification

Les élus ont souligné les attendus qui s’expriment au sujet du processus de simplification, malgré le peu de projets encore présentés dans les fiches d’action Territoires d’Industrie pour la Région. Ils soulignent au demeurant que les collectivités n’appliquent pas toujours à elles-mêmes ces objectifs de simplification des dossiers et procédures, « parfois même pour une subvention associative de 500 euros ». Pour une entreprise, dont les délais de réactions sont courts, il faut parfois jusqu’à 10 mois pour valider un simple projet, notamment du fait des procédures environnementales, souvent en doublon. Plus de coordination, davantage de souplesse, un droit à l’expérimentation réel pour pouvoir accompagner au mieux leurs entreprises… tels sont les messages récurrents qui ont été adressés par les acteurs présents.

 

L’attractivité territoriale et animation économique, leviers des collectivités

Selon Régis Roche, directeur du Pôle de compétitivité Pôle microtechnique et chef d’entreprise, de nombreuses barrières économiques font obstacle au développement industriel, mais il faut avant toute chose se demander « qui va aller s’installer dans les territoires ruraux sans médecins, sans commerces, ou encore sans transports en commun ? ». Les jeunes chefs d’entreprises réclament de la qualité de vie et des facilités sur leur lieu de travail, un environnement convivial... L’entrepreneur a illustré ses propos en comparant deux zones d’activité économiques sur le même bassin économique : l’une proposant parkings, restaurants, salle de sport et même une école à proximité, quand l’autre est dénuée de tout équipement, se voit isolée des centres de services et ses locaux désespérément vides. Pour bien fonctionner, il faut organiser un « écosystème », appuyé par des services et des réseaux, qui permettent de « passer de simples zones d’activité à de véritables villages d’activité » a-t-il expliqué.

Ainsi l’attractivité doit être considérée au sens large. Les petites agglomérations et bassins ruraux n’ont de fait rien à envier aux grandes métropoles dans ce domaine. « On ne va pas dans une petite ville par hasard : c’est une question de foncier moins cher, de services plus personnalisés, ou de compétences spécifiques de la main d’œuvre locale. » selon Sébastien Martin. Gabriel Baulieu, vice-président du Grand Besançon, a poursuivi: « la modestie invite à commencer par travailler sur nos territoires, en créant les conditions favorables au développement industriel, en accord avec l’histoire locale ». Ces « récits industriels », qui font par exemple que le savoir-faire horloger attire aujourd’hui la micromécanique ou encore le médical sur la région de Besançon, doivent permettre de créer une dynamique d’écosystèmes plus résistant aux crises, capables d’évoluer lorsqu’ils sont accompagnés par l’intercommunalité. Faut-il encore pour ce faire professionnaliser cette animation économique en formant davantage de développeurs économiques territoriaux.

Certaines communautés expriment à ce sujet encore un problème de légitimité vis-à-vis des entreprises : ce ne sont pas des interlocuteurs visibles. Mais pour Sébastien Martin, « il ne fallait pas attendre 4 ans de mandat et le programme Territoire d’Industrie pour investir la compétence économique, obligatoire pour les intercommunalités ». Il faut un portage politique fort, et une mobilisation des administrations. Le lien avec l’entreprise, notamment industrielle, est un travail de longue haleine, car « les patrons parlent au patron ». C’est donc un travail de mobilisation fort (déjeuners, diners, rencontres) pour que les entrepreneurs se rencontrent et reconnaissent l’atmosphère créatrice suscitée par l’acteur public. Seul un projet politique fort et une communication efficace peuvent ainsi permettre à la collectivité de jouer pleinement son rôle d’animatrice économique.


L’action des collectivités à repenser sur le foncier

Si certains élus regrettent ne pas avoir une maîtrise assez forte sur le foncier de leur territoire, Sébastien Martin a évoqué le système des compensations qui conduit à ce que la consommation foncière sera toujours plus chère à l’avenir. Les friches sont à bout de souffle, et les bâtiments vieillissent, a-t-il souligné. Il faut arrêter de construire sur des terrains vierges, car les parcs vieillissants coûtent cher avec le temps. Il faut ainsi les entretenir en continu, et les dépolluer. Aujourd’hui, il revient à la collectivité de dénicher le prestataire capable de « transformer un vieux hangar de l’industrie en bâtiment BBC ». D’autant que certaines emprises sont en effet idéalement placées, proches des gares comme c’est le cas à Montbard où s’est installée la Metal Valley.

Rendez-vous a été donné à ce sujet le 10 juillet pour le lancement du groupe de travail piloté par l’AdCF sur le foncier économique et la revitalisation des friches industrielles.


La formation : une question d’anticipation


La délégation régionale a conclu cette matinée de travail en évoquant les problématiques de maillage territorial de la formation. Selon Jean-Pascal Fichère, il s’agit davantage de rapidité et d’adaptation. Il faut de fait des politiques de branches fortes pour anticiper les changements technologiques, comme ce fut le cas lors du plan Sochaux 2022 et du passage à la ligne automatique.

A ce sujet, l’UIMM Franche-Comté a lancé un observatoire régional d’intelligence économique. Celui-ci a été mis en place pour anticiper ces changements, « zoomer », et identifier les bassins d’emplois en demande. Il cible sur internet (le Bon coin, LinkedIn) les offres d’emplois et les croise avec les compétences locales et les fichiers Insee. Le logiciel offre ensuite une tendance : prévision et cartographie de l’emploi, compétences/métiers par zone, ce qui permet de répondre aux offres des industriels. Il permet également de confronter offre et demandes : si l’offre d’emploi dépasse ou n’est pas en adéquation avec les compétences disponibles, elle demande une évolution de la formation sur le territoire.

La Région Bourgogne Franche-Comté invitera prochainement la délégation régionale de l’AdCF dans le cadre du COPIL Territoires d’industries afin d’échanger sur ces nombreux sujets et les avancées des territoires.

 

Contacts : Cécile Lacoste c.lacoste@adcf.asso.fr & Olivier Crépin o.crepin@adcf.asso.fr
 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger