Thématiques

Transports et mobilité

Déconfinement semaine 1 : les intercommunalités organisent leur reprise d’activité

Distribution des masques, offre de transport, activités périscolaires, petite enfance, ERP (médiathèques, services communautaires…), la reprise d’activités s’est engagée sur de nombreux secteurs avec le déconfinement. La réassurance des habitants et usagers nécessitera encore du temps. Un wébinaire organisé par l’AdCF ce 15 mai a permis de dresser un premier bilan.

L’approche et la préparation du déconfinement se sont traduites par de nombreuses réunions des conseils ou bureaux des communautés et métropoles, soit en visio-conférences soit en « présentiel ». Ces séances publiques ont souvent été l’occasion de rendre un hommage appuyé aux agents pour leur action durant le confinement, afin d’organiser la continuité d’activité mais aussi de conduire des actions de solidarité. Le 6 mai, le conseil de l’Eurométropole de Strasbourg a été marqué par un hommage rendu par plusieurs groupes. « Bravo au service public, celui de notre métropole » ont expliqué les élus, selon la presse locale (Dernières nouvelles d’Alsace).

Beaucoup d’intercommunalités ont communiqué via la presse ou leurs propres supports sur les étapes du déconfinement et de la reprise d’activité. De Plaine Vallée (Essonne), à Lamballe Terre et mer (Côtes d’Armor), des échéances progressives sont annoncées avec des ouvertures sélectives et des modes de fonctionnement adapté. Il est souvent recommandé de privilégier les solutions dématérialisées. La communauté de l’Auxerrois réalise une FAQ sur le déconfinement, disponible ici.

A l’occasion d’un webinaire consacré par l’AdCF sur le déconfinement ce 15 mai, 84% des participants estimaient que le déconfinement est « plutôt bien engagé » dans leur territoire ; 12% l’estiment « très bien engagé». Seulement 4% l’estiment « plutôt mal » engagé. Même s’ils ne sauraient représenter toute la diversité des situations, ces témoignages sont néanmoins encourageants sur cette première semaine. Des sujets de préoccupation demeurent, les premiers cités dans cette mini-enquête étant les reprises des écoles et activités péri-scolaires mais aussi les réouvertures des ERP.

Les relations avec les services de l’Etat sont encore inégales et en construction, sur le fondement de la circulaire du 6 mai. 16% des participants au webinaire évoquent des relations de travail encore « inexistantes », 24% évoquent des relations « faibles au départ mais en voie d’amélioration », 24% de « relations moyennes » et 20% de relations « assez bonnes ». Seulement 4% parlent de relations « excellentes ». La co-construction des politiques de déconfinement reste donc un objectif plus qu’une réalité.

La distribution des masques : une logistique qui « resocialise »

Le week end prolongé du 8-10 mai s’est traduit par une action soutenue de distribution de masques partout en France, en s’appuyant en général sur les communes. Dans quelques cas, l’intercommunalité a organisé l’acheminement direct par l’envoi postal à domicile. Dans beaucoup d’autres, la répartition fine s’est opérée via les communes à travers des drives, dans les bureaux de votes, ou à domicile avec remise en direct ou dans la boite aux lettres. Elus, bénévoles, agents… ont contribué activement à cette distribution. Dans certains cas, les stocks reçus étaient insuffisants et des populations prioritaires ont été ciblées.

Dans les Pyrénées-Atlantiques la communauté de communes du Haut Béarn a distribué ses masques depuis début mai, mais des collectivités environnantes ont été confrontées à des retards logistiques sur des achats venant de l’étranger (saturation de l’aéroport de Roissy). A Pau, les masques commandés par l’agglomération ont été remis sur des drives qui ont connu une très forte affluence. A Orthez, les masques commandés par la communauté ont été distribués par des élus, avec plusieurs tables de distribution où étaient vérifiées les identités.

A Roanne, dans la Loire, la communauté d’agglomération a fait une commande globale de masques (de très bonne qualité) à l’entreprise locale des Tissages de Charlieu ; la ville les ayant envoyés via la Poste dès le 29 avril.

En Moselle, au sein de Metz métropole, un premier arrivage de 100 000 masques (sur 240 000) s’est opéré le 7 mai, la distribution a été réalisée dans la limite du stock explique Le Républicain lorrain.

Dans l’agglomération du Libournais, la communauté distribue également des visières de protection pour les écoliers, achetées en Espagne, à Logrono (ville jumelée). A Orthez, les masques achetés par la communauté ont été distribués sur plusieurs tables avec des élus qui vérifiaient les cartes d’identité. Une forte affluence a été constatée mais avec un respect des gestes barrières. A Pau, la distribution sur les drive a connu également une très forte affluence.

Dans l’Aube, sept agents de la communauté de communes Arcis-Mailly-Ramerupt ont récupéré la commande de masques auprès de l’entreprise Chanteclair et ont effectué la répartition aux communes qui les ont soit distribués dans les boîtes aux lettres (villages) soit à la salle des fêtes (Arcis-sur-Aube).

A Lamballe, la distribution a été organisée dans les bureaux de votes auprès de 68% de la population. Cet exercice a permis une reprise de contact avec de nombreuses personnes et familles, y compris celles qui recourent peu aux services publics et ne figurent pas sur les listes électorales.

En Alsace, les services de l’Eurométropole de Strasbourg ont distribué des masques commandés par Eurométropole avec le département via un dépôt dans les boites aux lettres avec des bénévoles.

La communauté du Pays voironnais a commandé 200 000 masques à une entreprise locale et a programmé la première distribution en 48h par les communes (élus, agents, bénévoles). En Charentes-Martimes, la commande groupée des communautés de communes et d’agglomération avec le département a pu être répartie.

En Bourgogne-Franche-Comté, la métropole et la ville de Dijon ont connu quelques retards de livraison mais ont pu distribuer les masques aux autres communes et achever la répartition de 80 000 masques le 10 mai dans les bureaux de votes. La communauté de communes de Saulieu commencera sa distribution le 18 mai, compte tenu du retard de livraison de la commande groupée passée avec la région. La communauté de Gevrey-Chambertin et Nuits-Saint-Georges attendait dans la semaine la suite de la livraison de la commande passée à un industriel de la Drôme, le président ayant souhaité une production française. 8000 étaient déjà arrivés en début de semaine.

Les productions locales de masques et d’équipements de protection continuent un peu partout en France. Les entreprises textiles et de mode (qui n’ont pas de visibilité sur leurs productions habituelles) se mettent à disposition et demandent aux collectivités de s’appuyer de préférence sur elles. C’est le cas de la présidente de Mode Grand Ouest qui appelle à une meilleure ventilation des commandes entre les producteurs français, en valorisant la fabrication réellement domestique (certaines entreprises nationales sous-traitant leurs commandes ou les important de très loin). Au-delà du nombre de masques et de la fiabilité des délais de livraison, un débat s’engage sur la qualité des exemplaires reçus. La presse quotidienne régionale et locale s’intéresse à ce sujet et aux inégalités des modèles distribués. Pour les prochains mois et les réassorts, une exigence croissante de qualité ne manquera pas de s’affirmer. Certains matériaux sont fortement demandés et confrontés à des problèmes d’approvisionnement, comme les élastiques mais aussi le Plexiglas. Pour les tabliers à usage unique, les besoins restent importants. L’ARS des Pays de la Loire, avec l’Armée, la Métropole nantaise (mise à disposition de locaux) et la CRCI, a créé des ateliers de fabrication de tabliers à destination des EHPAD.

Transports et déplacements

Comme annoncé dans notre précédente édition, les offres de transports collectifs sont remontées en cadence à partir du 11 mai et au cours de cette première semaine de déconfinement. Une « sur-offre » était nécessaire pour rassurer les usagers et appliquer les gestes barrières. Le port du masque a été, dans l’ensemble, très bien respecté. Le nombre de passagers, encore assez faible, a facilité le respect des règles de distance physique.

Les intercommunalités communiquent sur les offres mises en circulation mais aussi leurs politiques de tarification. Beaucoup sortent de la phase de gratuité et encouragent (voire imposent) l’achat de billets en ligne. Les applications se développent pour renforcer le paiement digitalisé. Des systèmes de gratuité sont parfois maintenus pour les personnels hospitaliers ou les populations éligibles aux tarifs réduits. La communauté de communes du Grésivaudan, dans l’Isère, annonce un réseau fonctionnant à 90% avec gratuité pour les usagers profitant d’une tarification solidaire. La communauté du bassin de Decazeville (Aveyron) a remis en service son réseau de bus, à une cadence d’un sur deux pour le début.

Sur la question de l’entrée dans les bus, les choix retenus par les autorités organisatrices, dans le dialogue avec leurs agents ou les délégataires, diffèrent selon les territoires. Beaucoup ont privilégié l’accès par la porte avant en isolant les chauffeurs dans leurs cabines (vitres, hygiaphone) et en limitant les contacts. La communauté de communes de Sélestat a repris son offre de TAD sur réservation. Pour le réseau régulier, l’entrée reste par la porte arrière. A Béziers, le réseau BeeMob augmente son offre. La gratuité s’achève le 11 mai et la vente des titres à bord reste suspendue. La montée dans les bus se fait par la porte arrière. 

Dans l’agglomération de Laval, en Mayenne, le réseau de transports en commun Tul a réouvert toutes ses lignes à partir du 11 mai sur la base des horaires de période scolaire. Certains horaires ne seront pas garantis, explique la communauté. A Tulle, en Corrèze, le service a été reconfiguré pedant la crise. Des bus de grande capacité sont mis en service pour garantir la distanciation sociale. Les circuits et horaires ont été modifiés, certaines lignes suspendues... A partir du 11 mai, la circulation devait redevenir normale sur l'ensemble des lignes du réseau TuT agglo. Les grands bus devaient laisser la place à des petites navettes limitées à 7 personnes au lieu de 20 pour garantir la distanciation sociale. La gratuité est maintenue pour éviter tout contact. Le port du masque est obligatoire pour l'ensemble des usagers. « Si quelqu'un n'en a pas, le bus ne démarre pas », a expliqué le président de Tulle agglo, qui prévoit un retour des usagers dans les transports en communs progressif.

La presse locale et régionale relaie partout en France les initiatives visant à encourager la pratique du vélo, avec des interviews du président du Club des Villes et territoires cyclables, Pierre Serne, ou de représentants de la fédération pour l’usage de la bicyclette. La notion d’urbanisme « tactique », qui inspire la métropole de Montpellier ou celle de Lyon, fait florès. Les Dernières Nouvelles d’Alsace y font référence dans un dossier. Sont évoqués dans la presse les aménagements cyclables mis en place dans plusieurs villes et territoires. Parole est donnée aux fournisseurs de vélo mais aussi aux réparateurs qui constatent une forte affluence et un chiffre d’affaires en hausse.

Ouest France fait état d’une massification des achats de vélo et rappelle que 89% des Français se disent favorables au vélo à condition de disposer d’itinéraires sécurisés. 95% des répondants à une enquête souhaitent aussi un stationnement sécurisé.

Education nationale, activités périscolaires, petite enfance

La rentrée scolaire s’est traduite par un taux assez élevé d’ouverture des établissements mais une affluence assez faible durant les premiers jours. La reprise est graduée selon les niveaux et els publics prioritaires. A Lamballe Terre et Mer, les communes ont pris des contacts avec beaucoup de monde. 25% des enfants étaient attendus le 12, mais 50% en fin de semaine. La rentrée a été préparée par des échanges très denses avec le préfet, l’Education nationale et toutes les intercommunalités du département.

La communauté de communes de Vendeuvre-Soulaines dans le Grand Est, compétente en matière scolaire, a rouvert les quatre équipements le 14 mai pour les CM1 et CM2, les autres niveaux reprenant plus tard. Cette progressivité limite le nombre d’enfants accueillis. Une offre de service d’accueil est proposée pour les enfants non concernés par la reprise scolaire. Une vingtaine d’étudiants ont été recrutés pour encadrer les enfants. 20% des enfants sont accueillis. La restauration est assurée par des plateaux individuels froids. Les récréations prises par groupe. Le président de la communauté souhaite rassurer les familles. Les agents de la communauté viennent en renfort des enseignants pour garantir le respect des gestes barrières ; ces derniers se concentrant sur le travail pédagogique.

En Alsace, les maires de la communauté de communes de Sélestat ont tenu une visio-conférence le 4 mai pour préparer la rentrée avec des jours de réouverture décalés, et des élèves répartis dans les écoles différentes. Les activités périscolaires dans les classes des écoles ont été rouvertes. 25% d’élèves attendus pour cette semaine de reprise. Dans la communauté de communes Ried du Marckolsheim, la rentrée commence par CM2. Selon communes entre 25% à 75% des élèves étaient attendus après enquête auprès des parents. Dans la communauté de communes du pays de Villé, une position commune des maires a été définie : la rentrée est prévue le 18. Les grandes sections de maternelle et les classes de CP seront de retour le 25 mai. Pour la pause méridienne, le repas est tiré du sac et pris en classe. Le président se félicite dans la presse que le territoire dispose de petites écoles et de petits effectifs. Au total 50% des élèves sont attendus à court terme.

Dans le Calvados (Normandie), pour l'ensemble des établissements (maternelles et primaires) de Bayeux Intercom (la communauté exerce la compétence scolaire), chaque classe sera divisée en deux groupes de 15 élèves maximum. Les enfants iront en classe un jour sur deux. Les lundis et jeudis, les enfants du groupe A seront à l’école avec l’enseignant et les enfants du groupe B resteront chez eux en enseignement distanciel et inversement les mardis et vendredis. Les enfants des personnels prioritaires (personnel soignant, enseignants qui reprennent l'activité, personnel préfectoral de la cellule de crise officielle, personnel de la Poste et le personnel du service enseignement et personnel des forces de l'ordre contraint au service) seront accueillis les lundis, mardis, jeudis et vendredis. Les écoles et la cuisine centrale ont été nettoyées et désinfectées les 6 et 7 mai ; Les agents de la communauté ont aidé les enseignants, du 6 au 11 mai, à modifier la configuration des classes et à déplacer le mobilier. Un marquage au sol a été effectué devant les entrées des écoles, en accord avec les maires, afin de matérialiser le sens de circulation et les distances à respecter.

Exerçant la compétence scolaire, la communauté d’agglomération de Saintes (Charentes-Maritimes) a aussi ouvert ses écoles (à l’exception de celle d’une commune qui était réticente en raison du protocole jugé inapplicable sur l’établissement).

Dans la communauté de communes Costa verde, en Corse, les écoles restent fermées jusqu’à nouvel ordre des maires. La communauté propose en revanche un service de soutien et d’accompagnement scolaire (avec accord des maires). Cet appui va de la grande section de maternelle jusqu’au CM2. La matinée est consacrée à la continuité pédagogique (cours et travaux surveillés. L’après-midi est dédié aux activités culturelles et ludiques.

Aux côtés des écoles élémentaires et pré-élémentaires, les collectivités renforcent leurs offres d’accueil, dans le prolongement des actions conduites pour les enfants des personnels prioritaires.La communauté d’agglomération de Roanne poursuit son effort d’accueil en ce sens. Elle avait réalisé, au cœur du confinement, un petit film très bien fait sur les conditions d’accueil, un outil utile pour la réassurance de la population. Son plan de reprise d’activité programme également des reprises graduées d’activités pour les médiathèques (d’abord en drive), les équipements sportifs (boulodrome), le théâtre entre juin et septembre.

Dans la Vienne, la communauté de communes du Haut Poitou a réouvert ses crèches dans la semaine de déconfinement. Elle a prévu une gestion des flux pour éviter le croisement des groupes. Elle a également repris ses activités périscolaires. En Loire-Atlantique, la communauté de Chateaubriant-Derval, remet en fonction ses multi-accueils, dans la limite de 10 enfants par espace, ce qui lui permet d’accueillir l’équivalent de 58% du taux d’occupation maximal Le siège de la communauté a également ouvert le 11 mai, ainsi que la maison France services (sur réservation).

Relais assistants maternels, LAEP… sont également réouverts dans de nombreuses communautés, avec les multi-accueils. A Tulle agglo, dès le lundi 11 mai, la crèche collective a repris du service, mais dans des conditions revues. « Pas plus de 10 enfants et 3 agents par groupe », a expliqué le président de l'Agglo « et aux mêmes horaires qu'avant le confinement ». Des circuits sont prévus pour éviter les rencontres et les croisements entre parents, les portes seront ouvertes et les digicodes d'entrée désactivés pour éviter que trop de mains de ne posent sur les mêmes poignées et objets. Le port du masque pour les parents (non fourni) et les agents est rendu obligatoire. À l'entrée, des surchaussures et du gel hydro-alcoolique seront mis à disposition. Il est par ailleurs rappelé qu'un seul parent peut déposer son enfant à la crèche collective. Quant à la crèche familiale, « le service ne s'est jamais vraiment arrêté pendant le confinement. Il sera en pleine activité le 11 mai selon les mêmes modalités que la crèche collective ». Les micro-crèches reprennent leurs activités « selon les mêmes modalités qu'avant confinement ». En revanche, du 11 au 22 mai, les parents devront fournir le repas du déjeuner. Les rendez-vous physiques au relais assistantes maternelles seront limitées mais « une permanence téléphonique est assurée ».

A Valence, la communauté d’agglomération assure 560 places sur les 925 existantes, pour respecter les exigences sanitaires à travers des unités autonomes de 10 enfants. La crèche familiale rouvre également ainsi que les LAEP. La cuisine centrale du territoire a fourni des pique-niques aux écoles qui le souhaitaient le 12 mai, puis, à partir du 14 mai, a produit les repas livrés dans les écoles (repas froids), et les crèches (repas habituels) dès le 18 mai.

Dans la communauté de communes du Val d’Argent, en Alsace, une forte solidarité s’est exprimée pour la garde d’enfants. Peu de parents ont souhaité remettre leurs enfants dans les écoles, mais une solidarité entre communes s’est dessinée autour de la compétence petite enfance de l’intercommunalité pour permettre des accueils d’urgence.

ERP, équipements sportifs, plages

La plupart des intercommunalités programment dans leurs plans de reprise et sur leur site internet les différentes dates de réouverture des médiathèques, bibliothèques, Maisons de services au public, CIAS, offices de tourisme…

Les dates prévues pour les équipements sportifs sont très étalées dans le temps, voire inconnues sur les équipements sans annonces nationales (Centres nautiques, piscines…). Les lieux culturels sont parmi les premiers à reprendre du service, parfois sous forme de drive ou sur réservation.

Les demandes élus au sujet des réouvertures de plages sont très différentes selon les territoires. A La Réunion, les maires et les habitants attendaient cela avec impatience et le préfet a donné son accord. En Bretagne, les autorisations ont commencé avec adoption d’un principe « dynamique » (circulation, debout), suggéré par le maire de Saint-Malo en s’inspirant du modèle australien. Le maire d’Ajaccio a, de son côté, plaidé pour le maintien de la fermeture.

Les réouvertures de bases nautiques sont encore prudemment évoquées et prévues assez tard, comme la communauté de communes Norge et Tille, en Côte d’Or, qui annonce ne pas souhaiter rouvrir la base d’Arc-sur-Tille avant le 15 juillet. Elle prévient néanmoins d’un changement possible.

Dans le cadre des plans de reprise, les relances de chantier se multiplient partout en France. Les travaux de construction, tant dans le bâtiment que les travaux publics, repartent avec vigueur depuis le début du mois de mai. La presse locale et régionale en fait largement état, ainsi que les sites et communiqués des intercommunalités.

Au-delà des chantiers d’urgence qui continuaient durant le confinement, de plus grands chantiers structurants ont redémarré, à des rythmes parfois dégradés. Au sein de la communauté d’agglomération de Longwy (Moselle), les travaux importants sur la station d’épuration ont par exemple repris. Du côté de la communauté de Mulhouse (M2A), décision a été prise de renforcer les pôles d’accueil des enfants, un dispositif accueil-enseignement mis en place pour les enfants des personnels soignants et élargi pour les parents souhaitant reprendre le travail. Une initiative saluée par le président de la fédération départementale du BTP et qui inspire les collectivités voisines.

Facilitant la vie des habitants mais aussi des professionnels, les déchetteries sont désormais quasiment réouvertes partout, avec les principes de rotation ou de réservation évoqués dans notre précédente édition.

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités