Thématiques

Urbanisme

Communauté urbaine de Dunkerque : La santé bat au cœur du PLUI-HD

Depuis longtemps, la communauté urbaine de Dunkerque intègre très en amont la question de la santé qui irrigue l’élaboration de ses projets. Elle est ainsi devenue le fil rouge de son PLUI-Habitat et Déplacements qui sera opérationnel en 2022.

Sur le territoire industrialo-portuaire du Dunkerquois, qui comporte 14 sites classés Seveso, la fragilité de la population apparaît parfois autant économique que sanitaire. « Avec de nombreux indicateurs au rouge, notre prise de conscience sur les enjeux de santé est ancienne », reconnaît Martial Beyaert, maire de Grande-Synthe et vice-président de la communauté urbaine de Dunkerque (CUD) en charge de l’urbanisme et de la politique de la ville. Car la santé dépend aussi de l’accès au logement, à l’emploi, à l’éducation, de la qualité de l’air, de l’eau, de l’environnement sonore… Autant de sujets qu’il faut traiter ensemble. La réponse de la CUD passe ainsi par la transformation du cadre de vie ou la promotion de comportements de vie sains. Acteur important sur le sujet : l’espace santé du littoral qui avec une équipe de vingt personnes s’attelle à mettre en place des actions de prévention, d'éducation et de promotion de la santé pour améliorer la qualité de vie des habitants et réduire les inégalités de santé.
 

Qualité de l’air et lutte contre le bruit

« Notre démarche de préservation de la santé a été inscrite dans le marbre, en 2014, avec le PLUI-HD (PLU intercommunal - Habitat Déplacements) validé par les élus. Fruit d’un long processus, ce plan sera opérationnel en 2022 », précise Martial Beyaert. Et d’ajouter : « C’est le fil rouge du projet car chacune de ses composantes doit être vue sous l’angle de la santé et du bien-être de la population ».

Le PLUI-HD comporte notamment un volet sur la qualité de l’air. Une ingénierie est déjà mise en place et plusieurs stations de mesure effectuent des relevés réguliers. Un combat difficile sachant la diversité des sources de pollution de l’air à Dunkerque (trafic routier, chauffage domestique, émissions industrielles). Mais des actions se mettent en place.

Cela passe aussi par une concertation avec les industriels, notamment ArcelorMittal dont le site de Dunkerque est le plus grand complexe sidérurgique de France. Parmi les sujets sensibles abordés : la nécessaire réduction des poussières en suspension, particules ultrafines dangereuses pour la santé provenant des nombreux sites industriels et portuaires.

La CUD se mobilise aussi dans la lutte contre le bruit avec une cartographie de l’environnement sonore permettant d’intégrer des solutions dans les projets d’aménagement comme la création de zones tampons.


Penser un habitat plus adapté

Initié par le programme des Villes-Santé, lancé en 1987 par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le concept d’urbanisme favorable à la santé s’appuie sur des aménagements qui favorisent le bien-être des populations tout en respectant les trois piliers du développement durable. Un concept inspirant pour le programme ANRU 2 de la CUD qui privilégie un habitat plus adapté. « Les nouveaux logements doivent permettre de mieux vivre, insiste Martial Beyaert. Cela passe par un soin apporté à l’environnement, la capacité énergétique, la réduction du bruit et la qualité de l’air, la création d’espaces à vivre et de jardins partagés… ». Il cite l’exemple de la destruction de trois tours de logements insalubres à Grande-Synthe qui se veut une opération avant tout humaine. Là aussi, un travail effectué en amont, notamment avec l’agence d’urbanisme, permet de créer du bien-être dans le nouveau quartier et de donner envie aux familles d’y venir. « Décliner les enjeux de la santé dans des projets concrets est parfois difficile, reconnaît l’élu. Mais il faut faire preuve de volontarisme politique pour agir ». Un levier indispensable pour construire pour la ville de demain.

 

 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités