Thématiques

Finances et fiscalité

Commande publique : Une reprise qui se consolide

Selon les données du baromètre AdCF-CDC sur la commande publique, la dynamique de reprise constatée depuis quelques mois se confirme et tend à se consolider au troisième trimestre 2018. L’ensemble de la commande publique, analysée sur les trois premiers trimestres de l’année, retrouve un peu de couleur, portée surtout par le « bloc local » en fin de mandat. Se confirment également des évolutions des natures de la commande : les travaux continuent de baisser quand les dépenses d’ingénierie et de services battent des records.

Analysées à partir des comparaisons des trois premiers trimestres de l’année, les données de la commande publique du baromètre constitué par l’AdCF et la CDC (désormais Banque des territoires) confirment les tendances des derniers mois, à savoir une inflexion à la hausse mais qui reste modérée au regard du cycle électoral et des niveaux planchers atteints en 2015-2016. En commande publiée, les nouvelles prises de commande de l’ensemble des acteurs publics atteignent sur les trois premiers trimestres 59,27 milliards d’euros contre 57,23 en 2017 et 55,08 en 2016 sur la même période de référence. 2018 semble de fait revenir à des niveaux de commande supérieurs aux années 2014-2017. Les montants restent néanmoins éloignés de 2012 (72,73 milliards) et 2013 (70,42 milliards). Les volumes d’appels d’offre restent également assez bas (184 387 sur trois trimestres), de l’ordre des années précédentes, mais avec des valeurs unitaires qui tendent à croître.

Evolutions générales de l’ensemble des commandes publiques (sur les trois premiers trimestres pour comparer 2018 et années précédentes).

En toute logique, c’est la reprise constatée au sein du « bloc local » avec le cycle électoral et la stabilisation des organisations après la loi NOTRe qui stimule le rebond. Avec 29,5 milliards sur trois trimestres, par rapport à 27 milliards sur même période de référence en 2017 (et 24,5 en 2014) la commande publique des communes et intercommunalités (ainsi que leurs syndicats, EPL…) retrouve un peu de tonus. On notera le regain très net de la commande publique des intercommunalités (7,38 milliards), de plus d’un milliard supérieur à la même période de l’an passé. Communautés et métropoles reviennent presque à leur niveau record de 2012 (8 milliards).

En revanche, les bailleurs sociaux de statut public (offices) comme les hôpitaux voient leur commande poursuivre leur tendance baissière. Les départements ont interrompu leur chute, mais se stabilisent à un niveau plancher (4,45 milliards sur les trois trimestres). Les régions retrouvent leur niveau antérieur au renouvellement électoral, mais leur commande publique reste de montants faibles (1,5 milliards d’euros sur les trois trimestres).

 

Evolutions de la commande du seul « bloc communal » (en millions d’euros sur T1, T2 ,T3)

 

Le rebond général de la commande publique, tous acteurs confondus (collectivités, Etat, hôpitaux, SEM, bailleurs sociaux…), est dans le même temps marqué par des évolutions structurelles dans la mesure où, selon leur nature, toutes les catégories de marchés ne connaissent pas les mêmes trajectoires. Les marchés de travaux, que ce soit sur des équipements ou bâtiments neufs, comme sur du renouvellement, continuent à baisser en nombre et en valeur. Avec 20,8 milliards sur les trois premiers trimestres de l’année 2018, ces marchés représentent une chute de près de 16 milliards par rapport à 2012, ce qui est impressionnant. En contrepartie, les marchés d’ingénierie et de services continuent leur progression et battent des records. La commande publique change de nature et l’externalisation monte en puissance.

 

L’évolution des marchés de travaux neufs et de renouvellement en millions d’euros sur les T1, T2 et T3.

 

Contacts AdCF : n.portier@adcf.asso.fr et c.delpech@adcf.asso.fr

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités