Thématiques

Transports et mobilité

Commande publique : Les réseaux Transports, énergie et numérique reprennent des couleurs

Sur les trois premiers trimestres 2018, le domaine des transports a représenté 2,367 milliards d’euros de commande publique. Ce chiffre est très supérieur, de près de 500 millions d’euros, à la même période d’analyse de 2012 et il dépasse très légèrement le niveau record de 2012.

L’exploitation des données du baromètre de la commande publique créé par l’AdCF avec la CDC-Banque des territoires, en s’appuyant sur les données de la société Vecteurs plus, permettent d’analyser avec finesse les évolutions de la commande publique selon les domaines thématiques, les pouvoirs adjudicateurs.

Illustratif de la reprise de la commande publique qui s’est accélérée en 2018, mais sans être exceptionnelle au vu des baisses antérieures et d’un cycle électoral classique, le domaine des transports est marqué par la relance au sein du bloc local (communes, communautés, syndicats, SEM) qui revient au niveau de 2013 (plus d’un milliard sur les trois premiers trimestres) et les opérateurs publics nationaux (754 millions). La commande publique liée au Grand Paris express commence à se voir dans les marchés publics.

Le numérique est également caractérisé par une belle reprise avec une commande publique sur trois trimestres qui approche les 2 milliards d’euros (1,97 Mds €) et s’approche de l’année record de 2012 (2,03 Mds €). 2018 devrait ainsi confirmer la relance esquissée en 2017 à partir du point bas de 2016 (1,55 Mds €)

En matière d’énergie, la commande publique est massivement concentrée sur les réseaux, donc sur la commande publique d’ENEDIS ou de GRDF ; les travaux d’efficacité énergétique sur bâtiment apparaissant dans le baromètre AdCF-CDC au sein de la rubrique « bâtiments ». La commande publique en matière de réseaux dépasse 760 millions d’euros sur trois trimestres, ce qui est une année record et un quasi-doublement par rapport aux mêmes périodes des années antérieures.


Sur les bâtiments territoriaux et autres bâtiments publics, qui constituent les plus gros postes de la commande publique, les volumes dépassent largement les années 2012-2014 avec 14,61 milliards d’euros sur trois trimestres contre 11,32 Mds € en 2012 et 13,23 en 2013. Les travaux neufs s’effondrent en revanche (947 millions d’euros aux trois premiers trimestres 2018 contre 1,76 Mds 2012), les gros volumes étant marqués par les marchés de travaux de renouvellement et surtout les services (locations, contrats d’entretien…). Ce poste « bâtimentaire » est très important à suivre et à mieux analyser, puisqu’il est au centre des projets d’efficacité énergétique mais aussi des chantiers de mise aux normes (accessibilité…).

 

Ces dynamiques ne se retrouvent pas en revanche en matière d’eau et assainissement, sujets marqués par une remarquable stabilité depuis 4 ans, mais sur des volumes beaucoup élevés que les précédents (4,56 milliards d’euros sur les trois premiers trimestres). Par rapport aux trois premiers trimestres de l’année 2012 (5,87 Mds €), les appels d’offre et volumes des marchés ont beaucoup baissé ; ce qui laisse augurer un sous-investissement accumulé. Les commandes publiques liées aux voiries représentent des volumes encore plus élevés mais marqués par la même stabilité depuis 2014, autour de 6,5 milliards sur trois trimestres (étiage faible par rapport aux 8,47 milliards des T1, T2 et T3 2012)

 

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités