Thématiques

Santé et action sociale

Comité interministériel des villes : L’AdCF, France urbaine et Villes de France remettent des propositions communes

Le Premier ministre a réuni à Grigny, le 29 janvier, le Comité interministériel des villes, instance de suivi et de décision de l’action du Gouvernement en faveur des quartiers populaires. Dans ce cadre, l’AdCF, France urbaine et Villes de France ont souligné et rappelé le rôle des intercommunalités en matière de cohésion sociale et urbaine. Cette problématique devra notamment faire l’objet d’une attention particulière au moment de la conclusion des contrats de relance et de transition écologique.

Rappeler les principes du « pacte de Dijon » de juillet 2018

Deux ans et demi après la signature du « pacte de Dijon » avec l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, l’AdCF, France urbaine et Villes de France souhaitaient rappeler à l’ensemble des parties prenantes des politiques de cohésion urbaine et sociale (Etat, communes et intercommunalités, acteurs associatifs, opérateurs de terrain), la philosophie et les principes qui ont guidé l’écriture de ce document construit en lien avec Jean-Louis Borloo : une approche intégrée, la clarification des interventions de chacun, la mobilisation des intercommunalités et de l’Etat sur leurs responsabilités de premier ordre

Ces éléments, gages d’une meilleure gouvernance, restent d’actualité. Alors que la situation sociale dans les quartiers populaires se dégrade et risque de s’aggraver dans les mois et années à venir, l’ambition de passer d’une logique cloisonnée, qui juxtapose des mesures spécifiques, qui ne permet pas de mettre en réseau les acteurs locaux, voire qui, dans certains territoires, entretient le « repli sur soi », reste intacte.

 

Conforter le volet cohésion urbaine du plan de relance

La démarche collaborative des trois associations, construite à partir des travaux d’Anne Terlez, vice-présidente de l’AdCF, Michel Bisson, président de Grand Paris Sud et Frédéric Leturque, président de la communauté urbaine d’Arras, co-pilotes de la commission « politique de la ville » de France urbaine, s’inscrit également dans le contexte de « France relance » et de la mise en place des contrats de relance et de transition écologique (CRTE).

Il semble essentiel, pour les communautés et métropoles concernées, d’intégrer un volet cohésion urbaine et sociale à ces CRTE. Ces derniers sont appelés à coordonner les engagements de l’Etat au profit du projet de territoire porté par la collectivité. A très court terme, l’important est d’identifier les projets, de maitrise d’ouvrage communale, intercommunale ou d’acteurs associatifs, prêts à démarrer et qui répondent aux grandes lignes de la relance : rénovation énergétique des bâtiments publics, revitalisation artisanale et commerciale, déploiement de l’usage du vélo, emploi des jeunes… 

A plus long terme, celui du mandat, l’objectif sera de positionner les enjeux de cohésion urbaine et sociale au cœur même de la contractualisation pluriannuelle et transversale avec l’Etat. Dans cette configuration, il est attendu del’Etat et de ses opérateurs qu’ils adaptent leur action en fonction de spécificités locales. Un cadre de cohérence et de synergies particulièrement attendu pour la centaine de quartiers en très grande difficulté et pour lesquels une action « augmentée », « à haute intensité », de l’Etat est nécessaire (en matière d’éducation, de sécurité et justice et de santé).

 

 Retrouvez l’intégralité de la prise de position de l’AdCF, France urbaine et Villes de France

 

 Retrouvez le pacte de Dijon

 

Contact : Romain Briot - r.briot@adcf.asso.fr

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités