Thématiques

Santé et action sociale

Cohésion territoriale : des annonces gouvernementales pour la ruralité, un signal d’alerte pour les quartiers populaires

La mi-novembre a été marquée à la fois par les décisions du comité interministériel aux ruralités (CIR), parmi lesquelles des mesures nouvelles (sur la jeunesse notamment) mais aussi par l’appel d’une centaine de maires et présidents d’intercommunalités qui ont souhaité attirer l’attention du président de la République sur la situation sociale très critique de nombreux quartiers prioritaires de la politique de la ville.

L’Agenda rural prend le tournant de la relance

Le deuxième comité interministériel de suivi de l’Agenda rural s’est tenu le samedi 14 novembre, à Matignon. Le Premier ministre, Jean Castex, a fait état aux élus de l’AMRF, des travaux du Gouvernement pour mettre en œuvre les 183 mesures de l’Agenda rural présentées en septembre 2019.

Une nouvelle équipe politique à l’AMRF

Ce comité interministériel trouvait son écho dans la réunion de l’assemblée générale de l’AMRF, tenue le même jour. Michel Fournier, vice-président de la communauté d’agglomération d’Epinal et maire de Les Voivres, dans les Vosges, a été élu président de l’AMRF le 14 novembre dernier. L’AdCF salue le nouveau président ainsi que les 13 autres membres du nouveau bureau de l’association. Elle entend poursuivre ses échanges dans les prochains mois, avec l’AMRF, qui a notamment été à l’origine de l’Agenda rural.

Ce comité interministériel aux ruralités (CIR) s’inscrivait bien sûr dans le contexte du plan de relance et de sa déclinaison rurale. Cette nouvelle édition se distingue par un investissement notable dans les thématiques « jeunesse », avec en particulier l’expérimentation « Jeunes engagés dans la ruralité » qui permettra notamment à 25 collectivités de recevoir le financement d’un poste de coordinateur et de développement du service civique. Ce soutien en ingénierie, au travers de la prise en charge de 800 jeunes, a été imaginé à l’image des Volontaires territoriaux en entreprise (VTE). Les jeunes diplômés, en priorité boursiers, se verront proposer un contrat de 12 à 18 mois, pour « appuyer le déploiement de projets dans les territoires ruraux ». L’objectif de ce programme est de doubler le nombre de services civiques dans les territoires ruraux.

D’autres mesures attendues ont été confirmées, notamment la prolongation dans sa totalité du dispositif des zones de revitalisation rurale jusqu’en décembre 2022. Il consolide, par ailleurs, de nombreux programmes déjà bien avancés (France services, France Très Haut Débit, déploiement des maisons pluri-professionnelles de santé…).

 

La relance passera également par davantage d’ingénierie dans les territoires

L’AdCF s’était félicitée de la prise en compte des problématiques de la ruralité à l’échelle nationale dès la publication du rapport « Ruralités : une ambition à partager » le 26 juillet 2019 et qui a conduit à l’adoption de l’Agenda rural quelques mois plus tard.

Alors que l’AdCF souhaite que le plan France Relance intègre des soutiens en ingénierie de projet dans les territoires, l’association salue la prise en charge de postes de coordinateurs du service civique. Les dispositifs intercommunaux, voire inter-communautaires à l’échelle de PETR par exemple, offriront une maille suffisamment large pour encadrer un certain nombre de personnes engagées en service civique, tout en gardant une logique de proximité et de développement d’un bassin de vie.

Retrouvez le compte-rendu du CIR dans le dossier de presse du Gouvernement.

 

Quartiers prioritaires : une centaine de maires écrivent au président de la République

Une centaine de maires de villes de banlieue ou de villes moyennes abritant un quartier prioritaire, ont pris l’initiative d’un courrier collectif alertant le président de la République sur la situation des habitants des quartiers populaires, aggravée par le confinement et les effets de la crise sanitaire, économique, sociale.

Cet appel s’appuie très largement sur le rapport « Vivre ensemble, vivre en grand : pour une réconciliation nationale » piloté par Jean-Louis Borloo et remis au président de la République en avril 2018. Dénonçant, selon eux, le déficit de l’action de l’Etat à la suite de ce rapport, ces maires signataires appellent à profiter du plan de relance pour mettre en œuvre certains des projets proposés, à l’époque, par Jean-Louis Borloo.

L’AdCF partage les préoccupations soulevées dans ce texte et notamment les messages d’alerte provenant de certains quartiers en très grande difficulté. Sébastien Martin, président du Grand Chalon, a signé ce courrier collectif. Lors de son premier discours en tant que président de l’AdCF, lors de l’assemblée générale de l’AdCF (5 novembre), il a appelé à l’urgence de relancer l’esprit du « pacte de Dijon », porté, en 2018, avec France urbaine. Les mesures de soutien et d’urgence sociale doivent passer par des actions de proximité, conduites au plus près des besoins des habitants des quartiers populaires (par l’engagement des communes et associations), avec des mesures de relance dans les domaines de l’emploi, de l’économie, des mobilités ou de l’habitat… portées dans des volets cohésion urbaine des contrats passés avec les communautés et métropoles. 

 

Contacts : Maxime Goudezeune (m.goudezeune@adcf.asso.fr) et Romain Briot (r.briot@adcf.asso.fr)

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités