Thématiques

Retours d’expérience

Agglomération de Rochefort Océan (17) : « Le plan de relance et Territoires d’industrie nous apportent une aide et une synergie. »

Hervé Blanché est président de la communauté d'agglomération Rochefort Océan. Pour la série « Au cœur de la relance », il retrace le parcours du programme Territoires d’industrie, mis en place sur son territoire depuis 2020. Neuf fiches actions ont été déclinées. De nombreux projets sont lancés : travaux sur le port de commerce, futur hub aéronautique, pôle de formation ou encore la création d’une pépinière d’entreprises.

 

- La mise en place du projet -

Comment s’est déroulée la mise en place du programme Territoires d’industrie sur votre territoire ?

J’ai été élu pour la première fois en 2014. Dès 2015, nous faisions des diagnostics pour bien comprendre le territoire et se projeter. Ils se recoupent sur différentes thématiques. En plus, nous avons lancé la révision du Scot, nous avons un contrat de transition écologique, le CTI, la contractualisation avec la région, nous sommes Action cœur de ville à Rochefort… Nous avons préparé Territoires d’industrie en 2019 et signé en 2020. La délégation de Territoires d’industrie a été un support en accompagnement. Elle nous a permis d’avancer très vite dans l’élaboration et la mise en œuvre du contrat. C’est pour ça que nous avons signé le contrat en un an. Au début, nous avons surtout discuté du périmètre, car nous avons différentes contractualisations. Un travail a été fait en fonction des forces et des faiblesses des uns et des autres. Finalement, Territoires d’industrie regroupe l’agglomération Rochefort Océan, celle de Royan Atlantique et les communautés de communes de Marennes et d’Oléron. Nous sommes « tête de file » car notre histoire industrielle est un peu plus forte que les autres avec le secteur aéronautique et le nautisme.  C’est un contrat de 3 ans. Nous espérons une continuité car nous sommes sur de bons rails et il reste des fiches actions que nous n’avons pas encore pu mener à bien.

 

Quels étaient vos attentes pour le territoire ?

Le nerf de la guerre ce sont les financements. Grâce à ce contrat, nous avons pu avoir des aides directes aux entreprises. Cela nous permet aussi de faire une synthèse des projets, avoir une connaissance plus précise et plus fine de notre secteur économique, et voir sous quels leviers nous pouvons apporter une aide pour le projet de l’agglomération, d’un syndicat mixte comme celui du port ou directement d’une entreprise. 

 

Les comités de pilotages de Territoires d’industrie vous ont aidé ?

Ils fonctionnent bien grâce au comité technique en amont. Le travail entre nos agents et nos partenaires est essentiel. Nous enlevons ainsi des problématiques, des discussions sont faites. Éventuellement, après, les sujets remontent en comité de pilotage, mais il y a un gros travail du comité technique en amont. On y retrouve les agents de la région, de la CARO, du département, de l’ADEME, des syndicats mixtes, etc. Il y a une confrontation des idées et des projets très intéressante. Ensuite, dans le comité de pilotage on retrouve des élus, un directeur qui fait la synthèse des discussions en amont et l’État. 

 

 

- Le projet du territoire -

Quels sont vos projets pour le port de commerce ?

Il va monter en puissance car le syndicat mixte créé entre l’agglomération et le département va améliorer les aménagements. Nous sommes en train de faire des rachats d’immeubles et de foncier à proximité du port pour qu’il y ait une cohérence. Il y a des habitations, une chapelle, des bâtiments en mauvais état… Il faut un vrai projet de développement. Dès 2015, une étude en collaboration avec le département a été menée. Nous avons mis en place un plan de développement avec une conquête du foncier : réhabilitation des pontons, réaménagement de l’équipement en mauvais état… Pour donner une cohérence et une attractivité supplémentaire. Le plan de relance et Territoires d’industrie nous apportent une aide et une synergie. 

 

Par quels moyens ?

Territoires d’industrie a mis un éclairage sur le port, alors qu’il se développait sur ses propres moyens. Il bénéficie maintenant d’un appui de la Région et de l'État sur ses projets de développement. Le port de Rochefort n’a pu être éligible à ces financements que par le biais de ces mécanismes, donc c’est un atout. Territoires d’industrie a apporté cet éclairage et cette orientation de crédit.

 

D’autres fiches actions sont développées dans le cadre de ce programme sur votre territoire…

Nous avons quatre enjeux : renforcer les filières structurantes et l’attractivité du territoire, encourager les synergies et l’innovation, réussir la diversification du tissu économique pour investir sur le capital humain et développer les talents. Ce sont les ambitions. Ensuite, il y a neuf fiches actions. L’une d’entre elles porte sur le développement de la filière aéronautique, c’est très important chez nous. Nous avons déjà bien avancé. Nous développons un pôle industriel et technologique. Nous menons un processus d’expropriation pour étendre le site de Stélia-Aérospace. Nous réfléchissons aussi à la construction d’un hub industriel, sur un aéroport voisin. Le potentiel de terrain et de foncier permettrait d’avoir de l’activité économique en lien avec l’aéronautique et des entreprises qui ont besoin d’avoir une piste, il y a 2,2 km de piste.

 

Quelles sont vos ambitions en termes de formation ?

Une autre fiche se concentre sur le développement de la formation technologique et supérieure. Nous avons l’espoir de créer un pôle de formation supérieure avec du médical, du management, du commerce, etc. Puis, une fiche est dédiée à la création d’une pépinière d’entreprises. Nous avons des locaux en cours de finalisation, la livraison est prévue en fin d’année avec 10 bureaux disponibles et un animateur pour apporter une plus-value. Ce sont des entrepreneurs qui ne sont pas destinés à rester, c’est différent d’un hôtel d’entreprise.  Une deuxième livraison de bureaux est prévue premier semestre 2022, avec une aide de la DECIL de 405 000 €. 

 

Comment les entreprises de votre territoire ont-elles été aidées dans le cadre du plan de relance ?

Cinq entreprises du territoire ont été lauréates d’appels à projets. Trois entreprises ont été lauréates sur l’appel à projets aéronautique et deux sur l’appel à projets territorial, qui était privilégié pour les Territoires d’industrie. Ce sont des subventions directes dans le cadre du plan de relance pour se moderniser et rester compétitif.

 

Au niveau de l’agglomération, qu’avez-vous mis en place pour les aider ?

On a mis en place des avances remboursables par petites sommes de 4 000 à 8 000 €. Les remboursements sont différés de 18 mois maximum, mais nous serons bienveillants. Nous avions mis deux millions d’euros de côté en pensant qu’il faudrait allez assez loin et nous n’avons pas eu autant de demande que cela donc nous sommes à 320 000 € d’avance remboursable. Les entreprises peuvent encore demander mais nous n’avons plus de demande pour l’instant. Une quarantaine ont bénéficié de ces avances. Grâce au service économie, une cellule constituée pour conseiller et supporter l’impact psychologique de la crise sur les entreprises a été mise en place. Au début, c’était brutal, il y avait beaucoup d’inquiétude, donc les agents se sont relayés pour les soutenir.

 

 

- Les éléments à retenir -

En quoi Territoires d’industrie vous a-t-il été utile dans le cadre du plan de relance ?

Cela nous donne un accès prioritaire aux fonds pour accompagner les projets. L’avantage d’être dans ces contrats, c’est d’avoir une facilité à accéder à ces fonds. Le plan de relance État-région a ciblé une aide sur le port de commerce de Rochefort et Tonnay-Charente. Un million d’euros a été fléché pour des travaux de rénovation de terre-plein et 1,6 million d'euros pour la réhabilitation d'un ponton céréalier à Tonnay-Charente, une commune voisine de Rochefort. 

 

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Notre particularité c’est que nous avons de très nombreuses contraintes au niveau du foncier : Rochefort est construite sur une zone de marais, dans l’agglomération il y a un estuaire donc s’applique la loi littoral où nous ne pouvons pas construire, nous avons aussi subi des inondations donc le plan de prévention risque naturel limite les capacités, et récemment la règle de réduction de consommation du foncier… La collectivité n’a pas consommé à outrance mais nous devons quand même réduire de 50 %, donc ce n’est vraiment pas grand-chose chez nous. Sur ce dernier point, je pense que nous devrions travailler par territoire, en fonction des forces et des faiblesses. Je comprends que certains aient utiliser trop de surface agricole. Mais chez nous on peut encore en utiliser de façon durable. Car ce qui maintien le territoire en vie ce sont les emplois. C’est pour cette raison que nous sommes attentifs au pôle formation : pour attirer de la jeunesse et que nos jeunes ne partent pas tous. Le foncier est problématique car des gens veulent s’installer chez nous mais nous devons refuser. 

 

Concernant le CRTE, quelles sont vos attentes ?

Ce contrat reprend des contrats que nous avons déjà, excepté notre CTE, qui répond à l’intégralité du CRTE. Il va permettre de renforcer les liens entre les partenaires et l’agglomération. Je pense à l’ADEME, le CEREMA, la Banque des territoires. Il permettra peut-être de mieux mobiliser nos autres partenaires que sont la région, le département ou les chambres consulaires. L’agglomération a commencé un projet de territoire, avec les nouveaux maires et conseillers communautaires. Il peut se caler avec le CRTE mais pas l’inverse. Nous allons signer le 9 septembre. 

 

 

 

 

"Au cœur de la relance" est une série de l'AdCF en partenariat avec Territoires-audacieux.fr destinée à valoriser les initiatives des intercommunalités dans le cadre de la relance, à les accompagner : interviews de président.e.s d'intercommunalités, questions/réponses techniques, échange avec une personnalité qualifiée, ...

Retrouver l'ensemble des vidéos et articles du programme

 

Contacts :

- AdCF : Sandrine GuiradoYoann JacquetFloriane Boulay

Territoires-audacieux.fr : Baptiste GapenneLéa Tramontin

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités
Dernières
Publications
Dernières
Positions