Thématiques

Retours d’expérience

A Lisieux - Normandie, un plan offensif pour redresser le territoire

Soutien aux entreprises, reprise de l’investissement, appui au tourisme et à la culture : le plan de relance économique de Lisieux Normandie s’appuie sur trois axes essentiels portés par les compétences communautaires de la jeune agglomération. Présentée lors d’un conseil communautaire en visio-conférence (voir encadré), la stratégie de Lisieux – Normandie veut faire face à la crise économique qui suivra la crise sanitaire actuelle.

François Aubey, président de Lisieux - Normandie est clair : « L’agglo est la collectivité référente pour l’économie, elle se devait d’être là. Dès le 24 mars j’avais annoncé que nous flécherions un millions d’euros pour soutenir le monde économique puis préparer la reprise », il fallait donc s’y tenir. Depuis cette date, les services économiques, l’agence de développement de Normandie (ADN) et l’Etat ont travaillé de concert pour adapter le dispositif sur le terrain. Pour François Aubey, « personne ne doit passer à travers les trous de la raquette ». La priorité est donc d’aider les plus petites structures, plus fragiles.

Premier axe, le soutien aux entreprises

Pour ce faire, un premier montant de 100 000 € a été versé au fonds de solidarité de l’État. Ensuite, 315 000 sont destinés au fonds régional, selon le prorata des entreprises à aider sur le territoire de Lisieux-Normandie. Enfin, une troisième somme évaluée à 500 000€ permettra de créer un fonds de soutien territorial mis en place par l’agglomération sous la forme d’avances remboursables (et non de subventions). Ce fonds territorial a été confié au bras armé de l’agglo, Initiative Calvaldos, plateforme locale d’Initiative France. Car la solution doit être adaptée au territoire : « Chaque commerce et chaque artisan a son histoire : nous devons faire de la dentelle ».

Mais le président de Lisieux - Normandie regrette de ne pouvoir faire plus : « Je regrette en effet que l’Etat dans le cadre des ordonnances n’ait pas donné la possibilité aux EPCI ou aux communes de pouvoir venir en aide directe auprès des entreprises ou des commerçants. ». Comme il l’explique à La Gazette des Communes, il appelle de ses vœux la création d’ « un fond spécifique d’avances remboursables à taux zéro à destination des entreprises pour les cas de catastrophes naturelles, événements exceptionnels (incendie, inondation, pandémie…). Ce fonds se trouverait réalimenté par le remboursement à terme des prêts. Ce mécanisme permettrait d’être toujours en capacité d’intervenir auprès des entreprises dans le cadre de notre compétence de développement économique. »

Pour une jeune intercommunalité comme l’agglomération de Lisieux – Normandie, née au 1er janvier 2017 de la fusion de 5 communautés de communes, le soutien au tissu économique local dans une telle situation est l’occasion d’un marqueur fort, qui pourra ensuite être signe de reconnaissance des compétences communautaires. Et c’est cette compétence à l’échelle du bassin de vie qui permet d’être au plus proche des réalités du terrain : à Lisieux-Normandie, plus de 245 chefs d’entreprise ont pu être contactés en quelques semaines pour recueillir leurs besoins, leurs doléances et leurs observations et affiner les aides à leur apporter. Rapidement, l’agglomération avait ainsi créé une aire d’accueil pour les routiers de ses nombreuses entreprises de logistiques sur le camping intercommunal, ou encore mis en place un drive fermier pour permettre à plusieurs dizaines de producteurs du territoire de venir livrer les habitants de Lisieux.

Deuxième axe : la reprise de l’investissement 

Plutôt que de freiner ses projets d'investissement, l’agglomération a choisi l’offensive pour relancer la commande publique au plus vite. Ainsi les services se sont mobilisés pour consolider les projets structurants initiés et identifier les pistes de reprises sur le territoire.

Avec 55M d’€ prévus dans son Programme Pluriannuel d’investissement, la communauté d’agglomération, qui diffuse tous ses marchés publics à tous les commerçants et les artisans via les chambres consulaires, va ainsi mobiliser sa force de frappe. « Plutôt que de freiner les projets structurants, nous préférons donner un coup d’accélérateur ». Ainsi, les projets d’un centre aquatique à 12M€, d’une pépinière d’entreprise à 6M€, et d’un centre culturel à 5M€ vont être engagés rapidement pour relancer l’économie locale au plus vite.

Troisième axe : un « plan Marshall du tourisme » pour profiter de l’attractivité du patrimoine rural

La Normandie et le territoire de Lisieux en particulier ont une carte d’attractivité à jouer dans cette crise sanitaire où la mobilité sera  limitée pour les vacances de la période estivale. Pour le président, il serait bon de plancher sur une campagne nationale touristique de notre « carte postale ». D’ores et déjà, l’agglomération travaille à « doper le tourisme » et organiser dans le respect des règles sanitaires l’accueil en hôtellerie, gite, chambre d’hôte… Des initiatives se préparent également au sein du territoire de l’agglomération avec les propriétaires de châteaux. En effet, une autre forme de tourisme est possible dans ces territoires aux patrimoines riches qui offrent aux curieux la basilique Sainte Thérèse de Lisieux, mais aussi la « route des châteaux normands », comme Saint Germain de Livet. A Lisieux, on milite donc pour un été normand.

 

 

La démocratie intercommunale derrière les écrans

Si le droit ne l’oblige pas dans le cadre de la loi d’urgence sanitaire qui accentue les pouvoirs du Président, François Aubey a souhaité réunir le conseil communautaire pour lui faire part de la stratégie économique offensive présentée en commission la veille. Un conseil réunissant les 110 conseillers, qui s’est très bien passé. « Nous avons utilisé le logiciel Team pour les échanges et le vote se réalisait sur Quizzbox, application qui permet d’utiliser son smartphone comme un boitier de vote et de recueillir les suffrages en direct ». L’agglomération était déjà en dématérialisation totale depuis longtemps, chaque conseiller étant doté d’une tablette et les agents rompus au télétravail, ce qui a grandement facilité l’expérience.

Le conseil a été retransmis sur Facebook Live, YouTube et LinkedIn. « C’est la première fois qu’on diffuse un conseil en direct de la sorte, et je pense ce ne sera pas la dernière », se réjouit le président. De nombreux observateurs attentifs, des journalistes, des citoyens, … les équipes de l’agglomération ont reçu beaucoup de retours positifs suite à cette diffusion sur les réseaux. L’investissement et la réactivité des collaborateurs a été cruciale comme l’explique François Aubey : « Je suis sûr que certains ont peu dormi la veille, mais je leur suis très reconnaissant. Le succès de l’agglomération c’est avant tout la qualité de ses équipes et j’ai la chance d’être président d’une agglo avant-gardiste ».

 

Contact : Cécile Lacoste

 

Accéder à l'ensemble des témoignages, retour d'expériences des intercommunalités durant la crise, rédigés par l'équipe de l'AdCF et celle de Territoires-audacieux : https://www.adcf.org/retour-experience-durant-la-crise

Partager
En savoir plus
Documents à télécharger Documents à
télécharger

Dernières
Actualités
Dernières
Publications
Dernières
Positions